jeudi 19 octobre 2017

Mascarade électorale Encore et toujours Bouteflika!

Bouteflika algerie

Oui, c’est officiel: Bouteflika brigue un quatrième mandat, malgré un état de santé plus que défaillant. Pour le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, qui a fait l’annonce à la place de Bouteflika, le Président algérien aurait succombé «à la demande insistante des représentants de la société civile des 46 wilayas».

Dans un entretien publié, vendredi 21 février, par l’hebdomadaire français «Mariane», l’écrivain algérien et candidat à l’élection présidentielle d’avril prochain, Yasmina Khadra (de son vrai nom Mohamed Moulessehoul) a déploré le fait que l’Algérie soit «plongée dans une convalescence interminable», soulignant que son pays risque aujourd’hui une «insurrection» similaire à celle des années 80. «Ce pays a besoin de voir sur le terrain des projets concrets et durables, contrairement à ces gigantesques chantiers qui sont déployés partout et qui, à peine inaugurés, tombent en ruine», a-t-il remarqué.
Pour Yasmina Khadra, la place de l’armée est dans les casernes, rappelant que son pays fait face au développement des maquis terroristes, notamment Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). «Outre la défense du pays, le rôle de l’armée est peut-être aussi la défense de la Constitution. Or, si l’armée algérienne avait eu une force réelle, elle n’aurait jamais permis qu’on viole la Constitution» pour permettre au président d’effectuer un troisième mandat, a-t-il précisé.
Par ailleurs, Mohcine Belabbas, Abderezzak Mokri et Mohamed Douibi, respectivement présidents du RCD, du MSP et Secrétaire général du mouvement Nahda, se sont réunis, lundi 25 février à Alger, pour rédiger une déclaration commune. Les trois partis ont appelé le peuple algérien à «boycotter» la présidentielle d’avril prochain, dont «l’issue est connue à l’avance». Une élection, selon eux, qui représente un «péril sur l’avenir du pays». Ces partis, qui ont opté pour le boycott, ont invité les candidats en lice pour la présidentielle à «se retirer de cette mascarade électorale» qui se tient en «l’absence des conditions de neutralité et d’honnêteté».

BEK

Voir aussi

Comité de décolonisation : L’Algérie et le Venezuela cloués au pilori

La session de juin du Comité de décolonisation de l’ONU a conclu, vendredi 23 juin, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.