lundi 11 décembre 2017

Islamofolie!

Manif charlie hebdo janvier 2014

Qu’aurait bien pu penser «Handhalah» de tout ce qui se passe depuis les attentats de Paris? Pour qui ne le sait pas, ce sage monsieur est une création du grand caricaturiste palestinien, le regretté Naji ElAli, un érudit exécuté à Londres par des éléments du Mossad. Son crime, c’est d’avoir aussi cru à la liberté d’expression et d’avoir mis son art au service d’une cause que tout arabe est censé défendre. Naji a pourtant su jouir de sa liberté sans pour autant porter atteinte à celle des autres. Sage comme il était, il n’avait jamais versé dans la provocation, ni dans le blasphème. Naji aurait aussi pu sortir une caricature de «David», de «Moïse» ou de «Jésus». Qu’aurait-on alors dit? Qu’y aurait-on vu? Rien. Oui, absolument rien, parce que ses personnages n’auraient eu ni l’apparence, ni l’apparat des vrais. Ces prophètes et messagers de Dieu, élus pour des missions bien connues. Naji est ainsi mort pour autre chose…

Alors, pourquoi veut-on que Charlie Hebdo soit nécessairement tué à cause de l’Islam? Pourquoi les musulmans, aussi bons croyants ou aussi fanatiques soient-ils, s’acharnent-ils à voir dans ces dessins une représentation du prophète «Mohammad» (SWS) (et non Mahomet)? A qui profite réellement cette participation, un burlesque jeu qui, tout autant qu’il fait des victimes, fait aussi des heureux? Pourquoi suit-on une mode qui, sous couverture d’une certaine liberté d’expression, se permet des excès pour mieux se vendre? Pourquoi ne veut-on pas se rendre à l’évidence que le prophète, qui cultivait le pardon, la tolérance et la cohabitation dans le respect de l’autre, s’il était encore parmi nous, n’aurait même pas tenu compte de ces caricatures. Il aurait même pardonné l’excès des auteurs. N’est-ce pas Sidna Mohammad (SWS) qui a dit «Si tu n’a pas de pudeur, fait donc ce que bon te semble»? Il aurait même été heureux que, grâce à lui, des gens aient pu sauvegarder leur «gagne-pain». «Charlie Hebdo» n’était-il pas sur le point de mettre la clé sous le paillasson avant cet attentat?
Sidna Mohammad n’aurait pas non plus toléré qu’on tue des gens juste, parce qu’ils ont cru bon de plaisanter aux limites du blasphème… Le meurtre étant interdit en Islam, surtout quand il n’a pas de raison… Voilà qui est vraiment notre prophète. Et tout cela, ces caricatures ne le montrent pas. Pourquoi alors veut-on absolument l’y voir? Pourquoi s’acharne-t-on à en faire la personnification? N’est-ce pas juste parce que, dans un clan tout comme dans l’autre, on se tue à défendre son «fonds de commerce» en cultivant l’islamophobie? Certes, cette hypothèse est discutable. Elle serait même fatalement condamnable par certains. Mais, il faut bien dire à tout le monde de prendre garde que leurs attitudes ne poussent pas certains à tomber dans l’«islamofolie» qui traduit tous les actes criminels commis par certains au nom d’un islam qui en est tout à fait innocent. Plutôt se référer à l’islam et aux prescriptions d’Allah, au lieu de faire un tollé pour des «gribouillages» qui n’ont de sens que pour ceux qui les ont «commis»… Avec une telle vision, ne se serait-on pas aujourd’hui retrouvé à hisser des pancartes avec dessus «Je suis CharlIslam»… au lieu des «je suis juif», «je suis policier» ou encore, très rarement, «je suis musulman»? Autrement dit, c’est «chacun pour soi» et donc «tous pour l’islamofolie»!

Hamid Dades

Voir aussi

Maroc/Femmes du tourisme : Un club voit le jour

Le Club des Femmes du Tourisme, une association à but non lucratif, visant l’amélioration des …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.