vendredi 21 septembre 2018

D’où nous vient le nouvel an…

Bonne année par-ci, bonne année par-là, les souhaits ne s’arrêtent pas. Entre ceux qui les fêtent en grande pompe (dans les restaurants, boîtes de nuit…) et ceux qui préfèrent rester en famille, bien au chaud chez eux, les célébrations et surtout les résolutions diffèrent.

La célébration du Nouvel An, en elle-même, remonte à l’invention des premiers calendriers. Chaque civilisation ayant ses propres coutumes, il a fallu attendre l’arrivée de Jules César pour voir le 1er janvier consacré au titre de «date officielle de passage vers la nouvelle année». Bien entendu, ce changement ne s’est pas opéré en une seule nuit et ce n’est qu’en 1564 que le roi de France, Charles IX, a officialisé cette pratique qui s’est frayé un chemin jusqu’à nous!

LES CELEBRATIONS: actuellement au Maroc, tout le monde (ou presque) fête le Nouvel An. Chacun à sa manière, certes, mais en tout cas, ça se fête. Pour certains (surtout les jeunes), c’est l’occasion de danser et se déchaîner jusqu’à l’aube. Pour d’autres, c’est une réunion familiale autour d’un bon dîner, du chocolat, des confiseries… Pour les amoureux, cela peut être un prétexte pour s’offrir des cadeaux. Et n’oublions surtout pas les enfants qui sont fous de joie à l’idée de se prendre en photo avec le Père Noël (oui, oui, Noël et le Nouvel An, c’est différent, mais beaucoup ne le savent toujours pas ou ne veulent pas le comprendre).

LES RESOLUTIONS: arrêter de fumer ou encore faire du sport, sont en tête de liste des résolutions, chaque année. Mais il y a aussi les gens qui mettent des objectifs différents devant eux, comme économiser pour voyager et visiter certains pays, avoir de meilleurs résultats scolaires, se trouver un autre job…

Et puis, petite pensée à ces filles qui mettent comme résolution le mariage. Comme si c’était un plan à réaliser!

Encore, bien sûr, dans chaque sujet polémique, il y a «les autres». Ceux qui n’y croient pas, tout simplement. Et ceux qui disent que ce n’est pas notre nouvel an et qu’il est donc «haram» de le fêter!

Ont-ils raison? Cela dépend de chacun de nous.

En tout cas, y croire ou pas, cela peut être une bonne motivation pour certaines résolutions.

Fin 2017 !

Ghita Hanane

Voir aussi

Développement durable : La qualité des plages sous haute surveillance

Cette année, 45 plages feront l’objet d’analyses physico-chimiques, mychologique et typologique, selon le secrétariat d’Etat …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.