HCP | Le secteur des sociétés, 1er producteur de la richesse nationale

HCP Le secteur des sociétés

Le secteur des sociétés (financières et non financières) a été le premier producteur de la richesse nationale durant l’année écoulée, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).

Ce secteur a ainsi affiché une légère amélioration de sa contribution au produit intérieur brut (PIB) de 43,6% en 2018 à 43,7% en 2019, précise le HCP qui vient de publier une note d’information relative aux comptes nationaux des secteurs institutionnels de l’année 2019.

L’économie nationale a enregistré un PIB en valeur de 1.151,2 milliards de dirhams (MMDH) au titre de l’année précédente, en augmentation de 3,9% par rapport à 2018, fait savoir la même source, ajoutant que la contribution des administrations publiques s’est établie à 15,3% du PIB. En revanche, celle des ménages et des institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) s’est située à 29,3% du PIB.

Parallèlement, le HCP indique que les impôts nets des subventions sur la production et les importations ont enregistré un recul de 0,2 point par rapport à 2018.

Pour ce qui est du Revenu national brut disponible (RNBD), il a progressé de 3,6% à 1.203,4 MMDH en 2019. Cette évolution est due à l’augmentation de 3,7% du revenu brut disponible des sociétés (financières et non financières), de 4% pour les ménages et ISBLSM et de 2,5% pour les administrations publiques.

Ainsi, les contributions des secteurs institutionnels au RNBD se sont situées à 62,6% pour les ménages et les ISBLSM, 22,2% pour les administrations publiques et 15,2% pour les sociétés (avec 2,3% pour les sociétés financières).

La note fait aussi état d’une croissance du revenu disponible brut (RDB) des ménages de 4% à 743 MMDH en 2019. La contribution de la rémunération des salariés à ce revenu a été de 47,7%.

Le revenu mixte, y compris l’excédent brut du service de logement, a contribué au RDB des ménages de 42,1%, les revenus de la propriété nets, les prestations sociales et autres transferts nets de 27%. Toutefois, les impôts sur le revenu et le patrimoine et les cotisations sociales ont contribué négativement de 16,8%.

Avec l’accroissement moins rapide des dépenses de consommation finale (2,7%) que celui du revenu (4%), le taux d’épargne des ménages a gagné 1,1 point, pour atteindre 12,4 % en 2019.

Par habitant, le revenu disponible des ménages a atteint 20.878 DH en 2019, en hausse de 2,9%. Suite à une légère augmentation de 0,3% des prix à la consommation en 2019, le pouvoir d’achat des ménages s’est ainsi situé par conséquent à 2,6 points.

LR/MAP

Voir aussi

Maroc Fmi

LPL | Le Maroc rembourse par anticipation 8,4MMDH au Fonds Monétaire International

Le Maroc a procédé le 21 décembre 2020, au remboursement par anticipation au Fonds Monétaire …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.