vendredi 18 août 2017

Sahara : Le tournant

S’il flottait un petit air de satisfaction, mardi 28 avril (2015), dans les milieux qui suivent de près le dossier du Sahara, au Maroc, c’est que la tant attendue résolution annuelle du Conseil de Sécurité sur le Sahara venait d’être définitivement adoptée et qu’elle répondait en grande partie aux attentes du Maroc.
Parmi les premiers à bien accueillir la résolution 2218, la diplomatie marocaine. S’exprimant sur la 2ème chaine de télévision –2M- le représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale, a donné le ton. Le résultat est très satisfaisant, compte tenu du combat qui a été livré au Maroc, a-t-il dit en substance, louant la sagesse du Conseil de Sécurité. Même réaction de la ministre déléguée aux Affaires étrangères, Mbarka Bouayda, sur la 1ère chaine, Al Oula.

Il est vrai que la guerre menée par la partie adverse (Pouvoir algérien et Polisario) était rude et… pas toujours livrée «à la loyale». Entre manifestations et provocations de «séparatistes de l’intérieur», télécommandées d’Alger et bombardement d’accusations du corbeau algérien, Chris Coleman, en passant par les lapins tirés du chapeau de «lobbies à la solde» et de l’UA, le Maroc avait fort à faire… La partie adverse était tellement sûre de porter un coup fatal au Maroc –notamment avec l’épisode Chris Coleman- qu’elle a claironné partout que 2015 serait «L’année du grand tournant», dans l’affaire du Sahara.
Le grand tournant a bien eu lieu, mais pas celui qu’Alger attendait.
Car, avec les guerres et désordres post-Printemps arabe, suivis de la création de Deach et du fulgurant développement de la terreur dans le monde, que cette naissance a entraînée, la sécurité est devenue la préoccupation primordiale de la communauté internationale. Les petits jeux, tendant à déstabiliser le Maroc en l’attaquant sur son intégrité territoriale, ne sont plus d’actualité.
Puissent les tenants du pouvoir à Alger comprendre à quel point le monde a changé avec cette nouvelle donne (l’insécurité et le terrorisme dans le monde) et permettre enfin que s’installent la paix et la coopération au Maghreb !
En attendant, justice a été rendue au Maroc. Comme l’a souligné Omar Hilal, le rapport du Secrétaire général de l’ONU de cette année 2015 a corrigé, plus de 90% des erreurs et dérives de celui de 2014. Rabat a été récompensé pour avoir collaboré… Attaqué principalement sur les droits de l’homme –principale marotte de la partie adverse- il a multiplié les gestes de bonne volonté: antennes du CNDH (Conseil national des droits de l’homme) au Sahara, réforme des textes sur les tribunaux militaires (supprimant la comparution de civils devant ces tribunaux), procédures spéciales du Conseil des Droits de l’Homme (10 en un an), etc… Mais il ne s’agit pas de dormir sur ses lauriers. Le combat doit se poursuivre aussi bien sur le plan diplomatique que –nous ne le répéterons jamais assez- sur le plan juridique !

Bahia Amrani

Voir aussi

Elections 2016 : Ces deux ruptures…

En observant les législatives du 7 octobre 2016 qui se préparent au Maroc, tout analyste attentif peut constater deux ruptures avec les autres élections que le pays a connues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.