samedi 16 décembre 2017

Maroc-Mauritanie Qui souffle sur les braises ?

Cela fait plusieurs mois que court la rumeur d’un coup de froid dans les relations maroco-mauritaniennes.
Il n’y a pas de fumée sans feu, certes. Et, au-delà des raisons avancées ici et là, par la presse de la région, il y a les faits. Notamment, l’absence d’ambassadeur mauritanien au Maroc depuis deux ans. Le dernier à avoir occupé ce poste a été Mohamed Ould Mouaouia.

Ce dernier, ainsi qu’un autre ancien ambassadeur de Mauritanie au Maroc, Mohamed Ould Talba, avaient été décorés, en septembre 2013, à Nouakchott, du Wissam alaoui de l’ordre de commandeur, qui leur avait été décerné par le Roi
Mohammed VI, pour «leurs efforts ayant contribué à renforcer les relations entre les deux pays et les deux peuples». Mais après eux, aucun autre ambassadeur mauritanien n’a été nommé au Maroc.
Le chargé d’affaires mauritanien, Ould Lakhel, qui était en poste à Rabat jusqu’à ces derniers jours vient d’être nommé ambassadeur au Mali…
L’ambassade de Mauritanie au Maroc se retrouve donc à nouveau sans locataire. Ce qui a aussitôt relancé la rumeur…
Le fait que le ministre mauritanien des Affaires étrangères, Ould Teguedi, ait reçu ce 10 mars l’ambassadeur du Maroc à Nouakchott, Abderrahman Benomar, a donné lieu à des commentaires qui se veulent plus rassurants sur les relations entre les deux pays.
Si l’on ajoute à cela le démenti que les autorités mauritaniennes auraient apporté au site mauritanien Alakhbar, sur cette tant commentée «détérioration des relations maroco-mauritanienne» (une source au ministère des affaires étrangères et de la coopération mauritanien aurait assuré à ce site que les relations entre les deux pays sont au beau fixe), l’on peut y entrevoir des efforts tendant vers l’apaisement…
Cela étant, nombreux sont les observateurs qui relèvent que, d’une part, les relations entre le Maroc et la Mauritanie ne sont pas au top. Elles peuvent être bien meilleures. Et, d’autre part, il y a de tierces parties qui s’en réjouissent… Et qui soufflent même périodiquement sur les braises. Notamment, à l’occasion des alliances pour la lutte antiterroriste dans la zone sahélo-saharienne (la Mauritanie a participé à la création d’une force militaire commune avec l’Algérie, pour le Sahel). Ou à l’occasion de crises aigues à l’intérieur de la Mauritanie, comme la tentative d’assassinat par balles du Président mauritanien Ould Abdelaziz, en septembre 2012. Ou encore, à l’occasion de la médiation entre le gouvernement du Mali et les Mouvements armés du Nord de ce pays… C’est dans la presse algérienne qu’ont été rapportées de prétendues accusations de la Mauritanie contre le Maroc, dans la tentative d’élimination physique de son Président. C’est cette même presse qui s’est fait l’écho d’une supposée mauvaise humeur de la Mauritanie, après que le MNLA ait été reçu par le Roi du Maroc.
Dans un tel climat de suspicion, le moindre détail est versé au contentieux et toute décision, tout commentaire, a un effet systématiquement amplifié.
Une chose est sûre, il n’est ni dans l’intérêt de la Mauritanie, ni dans l’intérêt du Maroc de laisser se détériorer les relations entre les deux pays. Laisser pourrir la situation serait une erreur qui profiterait à ceux qui se frottent actuellement les mains de la longue série de malentendus qui a émaillé ces deux dernières années. Les deux parties ont même trop attendu.
Certes, la Mauritanie peut se dire qu’avec l’appui de l’Algérie, elle n’a plus rien à craindre du Maroc… Et le Maroc peut se dire qu’avec la Mauritanie, le pire a déjà été fait lorsque Nouakchott a reconnu la république du Polisario… Mais le Maroc ne s’inscrit pas dans cette logique, actuellement. Il multiplie les alliances et partenariats. Quel serait l’intérêt de zapper la Mauritanie ?
De son côté, le gouvernement de Nouakchott, qui connaît bien le Maroc, est le mieux placé pour savoir qu’il faut éviter le jeu dangereux du bras de fer avec son voisin du Nord. Il pourrait subir des pressions pour cela, mais les conseilleurs ne sont pas les payeurs.
La Mauritanie aurait davantage intérêt à servir de lien entre ses voisins, que de… Fusible !

Bahia Amrani

Voir aussi

Maroc-UA-Sahara : Une surprise de l’Afrique du Sud ?

Contrairement à ce que nous dit la presse algérienne (et donc ce que nous dit …

3 Commentaires

  1. La presse algérien se trouve dans l’obligation de trouver des sujets motivant dans un climat nuageux === un arbre incliné ne voit pas ses défauts mais ceux de ses voisins====le mal de la Mauritanie ne provient depuis toujours que de l’Algérie dont sa satisfaction===la désatabilisation de ses voisins avec ses pétro$

  2. Qu’est qu’on a foutre avec la Mauritanie. C’est bizarre que les autorités marocaines reserve une importance enorme a l’un des pays les plus pauvres du monde.

  3. vous les marocain vous chèrchez toujours un prètèxte pour accuser l’algerie vos allégations ne sont pas fondés par ce que vos voisins mauritaniens vous connaissent ce que vous valaient tout le monde sait que vous avez toujours trahi vos voisin dans le passé comme c’etait le cas de l’algérie en 1945 avec vos terrailleurs qui collaborraint avec l’armée francaise en1963 vous attaquez l’algérie a peine sortie de son indépendance il ya aussi l’avion qui transportait les révolutionnaires algériens en 1956 vendus au francais par le traitra hassan000000000002 et la suite est longue , c’est pour cela que de nos jours;le mot algérie est résté comme un comléxe dont vous ne n’arrivez pas à vous débarrassé .publiez si vous en avez le courage comme celui de vos collégues algériens qui n’hesitent devant rien pour critiquer tout ce qui bouge y compris le pouvoir algerien ..essayez de faire de méme pour votre roi et sa monarchie destructrice .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.