mardi 12 décembre 2017

EIIL L’erreur qui lui sera fatale !

L’EIIL s’est intéressé au Maroc. Intéressons-nous à lui…
Ainsi donc, le monde entier découvre la force -et les dangers- de ce nouveau Mouvement de jihadistes nommé EIIL (Etat Islamique en Irak et au Levant).
Alors qu’il a vu le jour, il y a un peu plus d’un an à peine (avril 2013), l’EIIL réussit à terroriser toute la région du Golfe, à plonger dans l’embarras les grandes puissances qui y sont impliquées –avec à leur tête les Etats Unis qui ne veulent ni intervenir ni laisser l’Iran intervenir seul- et à défier la communauté internationale !

Les faits d’armes de l’EIIL ne sont pas des moindres… Une guerre acharnée contre le régime de Bachar Al-Assad, à la faveur du «Printemps arabe» ; la conquête de pans entiers du territoire syrien ; suite à ces victoires au «Levant» (Syrie), une marche sur l’Irak (depuis début juin) avec progression fulgurante, conquête de nouveaux territoires et ferme intention de prendre Baghdad…
Forts de ces succès, les jihadistes de l’EIIL ont cru bon de franchir le pas et de réaliser enfin leur plus grand rêve: la proclamation d’un «Califat islamique».
Ils l’ont fait dimanche 29 juin.
Dans la foulée, ils ont changé de dénomination -l’EIIL devenant l’EI (l’Etat Islamique)- et désigné leur «Calife»: Abou Bakr Al-Baghdadi, baptisé «Calife Ibrahim» (de son vrai prénom), qui devient, dans leur conception, non seulement le chef de l’EI, mais celui de tous les musulmans dans le monde, lesquels sont appelés à lui faire allégeance.
Abou Bakr Al-Baghdadi, 43 ans, natif de l’Irak, avait combattu les Américains lors de leur invasion de son pays en 2003. Il avait été leur prisonnier pendant 4 ans. Il avait disparu, au point que tout le monde le croyait mort, jusqu’à ce qu’il eût réapparu en 2010 à la tête de l’Etat Islamique en Irak (ISI, branche irakienne d’Al-Qaida). Encore quelques années de combat dans l’ombre, en Irak et en Syrie… Et le voilà occupant les devants de la scène avec son titre de «Calife» et le «Califat qui va avec: un «Califat islamique» autoproclamé !
Est-ce un point de rupture définitif avec Al-Qaida et son numéro un, Ayman Al-Zawahiri ? Il est indéniable que les deux Mouvements de jihadistes, Al-Qaida et l’EI, sont aujourd’hui de fermes concurrents ; de même que sont concurrents leurs chefs, Zawahiri et Al-Baghdadi (ou le «Calife Ibrahim» si l’on préfère) ; et que la donne des jihadistes s’en trouve transformée…
Ce 29 juin, en proclamant le «Califat islamique», l’EIIL a en effet transformé cette donne, mais a commis une erreur qui lui sera, tôt ou tard, fatale. Nous en prenons le pari !
Jusqu’à la proclamation du «Califat islamique», la force d’Al-Qaida résidait précisément dans son statut de «nébuleuse», ayant des ramifications partout dans le monde, mais n’ayant aucun territoire et ne pouvant donc être localisée nulle part, ni véritablement combattue nulle part, sauf sur présomption de présence de certains de ses éléments, ici ou là…
Le «Califat» proclamé par l’EIIL, lui, s’expose doublement. Il devient «localisable», permettant la «traçabilité» de tous les jihadistes qui le rejoindront. Et il devient «localisable» sur des lambeaux de territoires qu’il s’est appropriés par la force, au mépris de toutes les règles du droit international. La tâche devient facile pour tous ceux qui voudront en arriver à bout. Les Etats normalement constitués auxquels il a pris ces territoires ne les lui laisseront pas. Mieux, la communauté internationale aura toute légitimité pour «écraser» le «Califat» et restaurer les frontières légales de ces Etats. Elle le fera, parce que personne ne permettra une telle violation du droit international ; et le «Califat» ne sera jamais assez fort pour tenir tête à l’ensemble de la communauté internationale. Le «Calife» et ses troupes n’auront alors d’autre choix que de revenir à la clandestinité.
Et pour les pays comme le Maroc, qui ont été ouvertement menacés par ces jihadistes, qu’est ce qui change, pourrait-on s’interroger ? La réponse est claire: rien. Que leur donne change ou pas, qu’ils restent dans la clandestinité ou sortent à la lumière, ces organisations jihadistes condamnent tout autant les pays occidentaux qu’ils qualifient d’impies, que les pays musulmans qui se réclament d’un Islam tolérant. Tous dans le même panier… Et donc tous des cibles !
Ce qu’il faudra, c’est redoubler de vigilance.

Bahia Amrani

Voir aussi

Maroc-UA-Sahara : Une surprise de l’Afrique du Sud ?

Contrairement à ce que nous dit la presse algérienne (et donc ce que nous dit …

3 Commentaires

  1. Très drôle comme raisonnement. Eradiquer cette organisation qui n’a ni foi ni loi, sera plus difficile que de l’écrire sur du papier. Pour la simple raison que l’occident n’est pas près à sacrifier la vie de concitoyen. :sigh:

  2. [b]Légitimité du Califat[/b] :
    La position d’Obama « [i]Nous ne laisserons pas les djihadistes créer un califat en Syrie et en Irak[/i] » reflète la volonté de l’occident judéo-chrétien de s’opposer catégoriquement à ce que l’islam existe en tant qu’Etat. Or le seul mode de gouvernement légal en islam c’est le califat. pourquoi l’occident reconnait à Israel le droit d’exister sur l’expropriation et le meurtre de palestiniens alors qu’on refuse à l’islam d’avoir son gouvernement même s’il en exclus les non-musulmans ? pas même l’ arabie saoudite et l’iran des mollas ne sont des gouvernement licite au yeux d’Allah, seul le califat l’est !

  3. Effectivement il faut redoubler de vigilance car un tel séisme ne manquera de bouleverser la carte du monde Islamique dont la majeur partie est constituée par une population pauvre . Les adhésions ne manqueront pas si les gouvernements en place dans certains pays modérés du monde Islamique ne jouent pas la carte de la démocratie, de la justice , du partage des richesses . Le tsunami du printemps arabe n’est pas prêi d’être oublié et la popularité de l’EI pourra être un nouveau levier de renaissance de ce printemps dont les caractéristiques sont médiévales..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.