dimanche 20 août 2017

Balles tirées aux frontières maroco-algériennes

Lundi 17 février, une information très inquiétante tombait dans les rédactions. Un communiqué du ministère de l’Intérieur –source on ne peut plus officielle- indiquait que «Des éléments de l’armée nationale populaire algérienne ont procédé, lundi vers 13h45 (GMT), à des tirs en direction du poste de surveillance marocain Aït Jormane longeant le tracé frontalier entre le Maroc et l’Algérie, dans la province de Figuig».

Et le communiqué de préciser «Deux impacts de balles ont atteint le mur de ce poste frontalier».
Le lendemain, les deux impacts, entourés de rouge étaient montrés par la télévision (Al Oula, 1ère chaîne), tandis qu’on apprenait que l’ambassadeur du Maroc en Algérie avait protesté auprès des autorités algériennes.
Or, le même jour, une dépêche de l’APS (agence officielle algérienne), rapportait ceci: «le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani, a démenti les allégations contenues dans une dépêche de l’agence de presse marocaine MAP, selon laquelle l’ambassadeur marocain à Alger aurait “pris contact avec les autorités algériennes compétentes” sur de prétendus tirs de l’Armée nationale populaire (ANP) en direction d’un poste frontalier marocain». Belani y ajoutait: «Nous marquons notre grande surprise au sujet de cette dépêche de la MAP car je dois souligner qu’aucune démarche n’a été effectuée par l’ambassadeur du Maroc auprès des autorités algériennes compétentes». Et le porte-parole de s’interroger sur «les mobiles qui sont derrière la médiatisation de démarches qui n’ont pas eu lieu».
Ce qui étonne, dans cette réaction de Amar Belani, c’est qu’il ne dément pas l’incident avec autant de fermeté qu’il dément les protestations de l’ambassadeur du Maroc. Il ne le dément pas du tout, même.
Pour les observateurs, ce qui est important, c’est de savoir si, oui ou non, l’Algérie reconnaît avoir tiré sur le poste frontière de son voisin. Car c’est cela le plus grave.
C’est à ce sujet qu’il y a lieu de se poser des questions.
Que l’ambassadeur ait protesté dans les formes ou pas, n’est pas l’essentiel. Avait-il des raisons de protester ? Voilà la bonne question. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani, n’y répond pas.
Concernant la médiatisation des faits, nombreux sont les Marocains qui pensent qu’elle n’est pas aussi efficace de ce côté-ci de Zouj Bral que de l’autre côté.
Au Maroc, rares sont les journaux qui s’intéressent à ce qu’il se passe en Algérie… Alors qu’en Algérie, tout événement, petit ou grand, que connaît le Maroc est disséqué et commenté par l’ensemble de la presse algérienne (inutile de préciser sur quel ton).
La MAP est souvent bien seule à donner des nouvelles de l’Algérie.
L’ambassadeur du Maroc, auquel Belani reproche d’avoir médiatisé ses protestations, aurait pu lui répondre «Tilmidkom, Nâama Sidi» (votre élève, mon seigneur). Mais le disciple n’a toujours pas dépassé le maître…
Nous autres observateurs, ce qu’il nous importe, c’est de savoir jusqu’où veulent aller certains éléments, en Algérie ?
Le tir à balles réelles sur un poste frontière n’est pas chose anodine.
A quel niveau peut-on situer cela dans la détérioration des relations entre Etats ?
Il n’y a pas eu mort d’hommes, certes. Et c’est un mur qui a été deux fois visé, non deux citoyens. Mais c’est l’espoir de voir cesser cette escalade entre le Maroc et l’Algérie qui est plombé.
Bon anniversaire peuples du Maghreb ! Vous venez de fêter les 25 ans de votre chimérique «UMA» (Union du Maghreb arabe). Continuez d’y croire…

Bahia Amrani

Voir aussi

Elections 2016 : Ces deux ruptures…

En observant les législatives du 7 octobre 2016 qui se préparent au Maroc, tout analyste attentif peut constater deux ruptures avec les autres élections que le pays a connues.

2 Commentaires

  1. On dit que la guerre froide est terminée mais elle ne l’est pas partout dans le monde.Il reste des zones dans le monde où elle persiste : la Corée du Sud qui doit subir de temps à autre les agressions de son voisin du nord, et le Maroc qui doit supporter les agressions de “sa” Corée du Nord à lui, l’Algérie! Et avec le maréchal Kim Il Sung Bouteflika qui brigue officiellement maintenant un quatrième mandat, ne nous attendons pas à une amélioration des relations avec ce voisin.

  2. Avec des harkis il faut riposter sur chaque provocation, je propose un bombardement au F-16 du poste algérien. œil pour œil dent pour dent!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.