vendredi 16 novembre 2018

Horaire : Le gouvernement se défend

La décision de maintenir, voire d’officialiser l’heure d’été a provoqué un tollé, vu que les mesures d’accompagnement annoncées ne convenaient pas aux attentes des citoyens pris au dépourvu. Face aux réactions, les ministres se sont mis au travail, défendant ainsi tant bien que mal cette décision du gouvernement…

Ainsi, après avoir annoncé en début de semaine que les horaires dans tous les établissements d’enseignement primaire, collégial, secondaire, supérieur et de la formation professionnelle, qu’ils soient publics ou privés, ont été fixés de 9h à 13h et de 14h à 18h et que cette «petite» heure de pause ne semblait pas convenir aux parents (surtout), tout comme l’heure d’entrée du matin…

Saïd Amzazi, ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, devra revenir à la charge pour annoncer  de nouveaux horaires scolaires, applicables dès le retour des vacances, le 7 novembre 2018, avec en sus deux planifications horaires qui seront mises en place. La première concernera la période hivernale, s’échelonnant de novembre à février et aura comme horaire de 9h à 13h ,puis de 15h à 17h et ce, du lundi au vendredi pour les primaires. Le samedi, les cours se tiendront également uniquement de 9h à 13h. Pour les secondaires, les classes accueilleront les élèves de 9h à 13h et de 15h à 18h, durant l’hiver.

La seconde planification, mise en place de mars à juin, connaîtra une réorganisation chez les différents niveaux scolaires. Ainsi les primaires se rendront à l’école du lundi au vendredi, de 8h à 12h, puis de 14h à 17h. Les cours seront dispensés de 8h à 12h le samedi. Quant aux secondaires, ils auront classe durant mars à juin, de 8h à 12h, puis de 14h à 18h.

Ce nouveau calendrier scolaire serait le produit d’une réflexion et une proposition formulée par la Fédération nationale des associations des parents d’élèves, dont des représentants se sont entretenus avec le ministre Said Amzazi, lundi 29 octobre; et d’une rencontre avec les syndicats, le 30 octobre, pour une prise en compte de toutes les positions… Ceci ressemblerait bien à une réponse, de la part du ministère de l’Education à la protestation, contre le manque de concertation qui devait se faire préalablement…

Sur un autre volet concernant le ministre par qui le scandale est arrivé, en l’occurrence Mohamed Benabdelkader, ministre délégué chargé de la Réforme de l’administration et de la Fonction publique, encore occupé, paraît-il, à savoir s’il faut ou non rendre publique la fameuse étude qui montre que les Marocains se sont bien adaptés à l’heure d’été, aux horaires de l’administration qui posent problème!

En effet, le ministre parle de l’adoption par le ministère d’horaires flexibles, contenu dans une plage horaire d’arrivée, entre 8h30 et 9h30 et de départ, entre 16h30 et 17h30,  en fonction des engagements des fonctionnaires. Ainsi, si on commence à 8H30, on peut quitter le bureau à 16H30. Si on commence à 9H30, on peut quitter à 17H30. Le fonctionnaire peut également arriver à n’importe quel moment entre 08H30 et 09H30 et quitter dès qu’il aura bouclé ses huit heures. Un décret -eh oui, encore un autre!-, dans ce sens est attendu bientôt. Il faudra également penser à l’adaptation en entreprise. Une question qui ne semble pas être au goût de tous. En tous cas, par leurs réactions, les ministres semblent vouloir rectifier le tir et c’est déjà ça!

ML

Voir aussi

L’ascenseur social en panne au Maroc : La relance passe par l’école

Le Maroc a tout à gagner en relançant son ascenseur social. Pour atteindre cet objectif, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.