vendredi 16 novembre 2018

Heure légale : Le gouvernement s’emmêle les aiguilles

Dimanche 28 octobre 2018, une date que beaucoup de Marocains attendaient avec impatience. Au beau matin de ce dimanche, ils allaient tous, enfin retarder leur montre d’une heure pour revenir à «l’heure légale», à GMT+00 et en finir avec ce calvaire dit «heure d’été» qu’ils subissaient depuis le 25 mars, date à laquelle on avait procédé au fameux changement d’heure, déjà en vigueur depuis 2012 et qui revient chaque année, bien qu’il ne fasse pas l’unanimité! Ce dimanche donc, on attendait 3 heures du matin, pour reculer à 2 heures et dormir la conscience tranquille, après avoir eu raison de ce fardeau que l’on traînait depuis sept mois déjà! On en extrait la trêve du Ramadan pour que ça fasse précisément six longs mois, avec de longs jours, de courtes nuits et tout ce que cela engendre comme problème…

Mais, le «ouf» de délivrance ne sera jamais poussé! Et, coup de théâtre, le jeudi 25 octobre, à l’issue de l’habituel Conseil de gouvernement, ce dernier annoncera, par le biais de son porte parole, qu’il a été décidé de maintenir cette «heure», pour toujours! L’Exécutif tiendra même un autre conseil extraordinaire, vendredi 26 octobre pour décider des mesures qui accompagneront cette décision «historique»… Ainsi a décidé le gouvernement!  Pour le reste, on verra bien!

Et on en a vu! Car, au lendemain de cette décision, des voix se sont levées ici et là, protestant contre le maintien de l’heure d’été qui, apparemment ne convenait plus à personne, surtout quand le gouvernement, qui semblait lui aussi «surpris» par l’ampleur qu’a pris l’impact de sa décision, sortait des arguments qui ne tenaient vraiment pas, notamment l’économie d’énergie, la réduction du taux d’agressions, la situation des écoliers… Enfin, n’importe quoi!

Personne au gouvernement ne semblait se douter que la question sera ainsi perçue! Car, a-t-on encore dit, elle est solidement basée sur les résultats d’une étude, on ne peut plus sérieuse, relative à l’impact des changements d’heure, aussi bien sur les citoyens que sur l’économie du pays!

Une étude qui est subitement apparue aussi et dont personne ne savait rien avant la décision. Cette dernière, prise aussi unilatéralement, puisqu’on avance, du côté des protestataires, l’absence de concertation ne serait-ce qu’avec les représentants de la nation qui devaient, en principe, être mis au courant…

Puis, il y a cette rapidité d’entrée en vigueur. Le décret instaurant le maintien du GMT+1 a vite été publié au Bulletin officiel. Un record à ajouter au palmarès des records enregistrés jusqu’à présent par le gouvernement quant aux décisions «impopulaires» qu’il a prises lors des dernières années et peut être la plus marquante… Face à des voix qui s’élèvent encore, le gouvernement semble avoir perdu le nord, au point de faire beaucoup plus dans l’amateurisme et l’improvisation, quant à la défense de sa «décision». Ce qui pousse à poser davantage de questions sur la légalité de cette «heure légale»!

On pense aux écoliers. C’est, certes, une bonne chose, mais leur accorder juste une pause d’une heure (13H-14H), sachant que les écoles, voire les établissements scolaires équipés d’infrastructures d’accueil sont rares, sinon inexistants, montre que la décision a été prise dans la hâte…

Parler d’une flexibilité d’horaire pour les fonctionnaires est aussi une bonne décision. Mais de la manière dont ça été présenté, cela ressemble plutôt à une incitation à la débandade… Dire qu’il s’agit d’une décision prise en fonction des résultats d’une étude, c’est acceptable. Encore fallait-il préalablement présenter cette études et ses résultats et en discuter ne serait-ce qu’avec qui de droit. Argumenter par un gain «considérable» en matière d’économie d’énergie est dur à admettre quand on sait qu’aujourd’hui, des pays industriellement plus avancés que le Maroc, pensent à abolir ce changement d’heure, puisque sur le plan énergétique, ils n’ont observé qu’un faible impact…

Hamid Dades

Voir aussi

L’ascenseur social en panne au Maroc : La relance passe par l’école

Le Maroc a tout à gagner en relançant son ascenseur social. Pour atteindre cet objectif, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.