lundi 23 octobre 2017

L’abus de confiance du «gynéco»

Une jeune femme d’Oujda a porté plainte contre son gynécologue qui aurait non seulement abusé d’elle, mais lui aurait aussi menti en lui faisant croire qu’elle avait un cancer du sein pour tripoter son corps. Cette patiente a aussi adressé un courrier au Conseil national de l’Ordre des médecins de l’Oriental.
L’affaire remonte au 8 août 2008 quand cette patiente a ressenti une douleur au niveau du sein gauche. Inquiète, elle a décidé de consulter un médecin pour se rassurer. Et, pour bien choisir son praticien, elle a demandé conseil aux employés d’un laboratoire d’analyses bio-médicales qui lui ont recommandé un gynécologue exerçant dans un hôpital public et travaillant en même temps dans une clinique privée. La première consultation s’est bien passée. Après l’avoir auscultée, le médecin lui a assuré qu’elle n’avait rien de grave et lui a prescrit quelques médicaments.

Depuis cette date, le médecin aurait pris l’habitude d’appeler sa patiente pour demander de ses nouvelles. Cette dernière dit avoir pris son geste pour de la courtoisie. Quatre mois plus tard, il l’aurait appelée lui demandant de se rendre le plus tôt possible à son cabinet pour une urgence dont il ne pouvait parler au téléphone. Une fois devant lui, il a verrouillé la porte de son bureau pour l’examiner. C’était une auscultation bizarre, selon la plaignante, à la suite de laquelle le médecin lui a annoncé qu’elle souffrait d’un cancer du sein. Il a profité de ce moment de détresse pour proposer ses services. Il aurait ainsi profité de chaque rendez-vous pour draguer et peloter sa patiente. Jusqu’au jour où il lui aurait avoué que sa maladie n’était qu’un mensonge pour l’approcher. Suite à ses aveux, la patiente a porté plainte auprès du Conseil national de l’Ordre des médecins de l’Oriental. L’instance a de son côté informé la direction de l’hôpital qui a ouvert une enquête interne. Mais, estimant que justice n’a pas été rendue, la patiente a porté plainte, au début du mois d’avril, devant la justice. Sur ordonnance du Procureur général, le médecin a été finalement arrêté et placé en garde à vue en attendant qu’il soit déféré devant un juge.

Voir aussi

USA : Un Jihadiste marocain libéré…

Le Pentagone a annoncé la libération du Marocain, Younès Abderrahmane Chekkouri, détenu au camp X-Ray …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.