dimanche 20 août 2017

Mali : La guerre continue

Ce n’est pas dans les habitudes, mais cette fois-ci, l’opération où un sous-officier français a trouvé la mort avait été annoncée de longue date. Pour faire face à la résurgence et à la réorganisation des combattants islamistes dans le nord du Mali, Paris avait décidé de lancer une offensive. L’objectif visé est l’Adrar du Tigharghar, une zone montagneuse du nord-est du pays, plus précisément l’Ametettaï.

Cette vallée est un sanctuaire djihadiste, une oasis où l’on trouve de l’eau et de l’ombre dans un terrain qui ne laisse ailleurs que des cailloux. Le dispositif militaire français dans la bande sahélo-saharienne devrait s’étoffer au cours des prochains mois. L’opération lancée le 1er août pourrait voir ses effectifs augmenter jusqu’à environ 4.000 hommes à l’horizon de la fin de l’année, contre un peu plus de 3.000 actuellement. «Je ne vois pas comment nous pourrions faire avec le format actuel», souligne une bonne source, en évoquant trois préoccupations récentes qui justifieraient une montée en puissance de la présence française. D’abord le Mali du Nord, où les groupes armés terroristes ont profité de la fin de l’opération «Serval» et du redéploiement français pour harceler les forces de l’ONU.

Voir aussi

Loi sur le renseignement : La France critiquée

«La France renonce à ses liberté», «ère Bush-esque», loi «radicale». Au lendemain de l’adoption par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.