mardi 24 octobre 2017

Etat palestinien : La reconnaissance progresse

Les députés espagnols ont adopté quasiment à l’unanimité une motion appelant le gouvernement espagnol à reconnaître l’Etat palestinien. Un signe très encourageant avant un vote similaire au parlement français le 28 (on y reviendra), malgré l’escalade des violences à Jérusalem. Cette motion a été adoptée à la quasi-unanimité par 319 voix pour, deux contre et une abstention. Le Congrès est pourtant dominé par la droite.

Les députés espagnols, par ce vote, demandent au gouvernement de reconnaître la Palestine comme Etat et sujet de droit international, tout en réaffirmant: «L’unique solution pour résoudre le conflit (israélo-palestinien) est la coexistence de deux Etats, Israël et la Palestine». La motion demande également au gouvernement d’«œuvrer en ce sens en recherchant une action concertée avec la communauté internationale, en particulier l’Union européenne, en prenant pleinement en compte les préoccupations légitimes, les intérêts et les aspirations de l’Etat d’Israël». Elle demande enfin que l’Espagne se serve de son siège (non permanent) au Conseil de sécurité pour promouvoir une solution juste et durable dans la région. L’Espagne va ainsi dans le sens de plusieurs pays européens, notamment en Suède et en Grande-Bretagne, dont les parlements ont voté en faveur de la reconnaissance d’un Etat palestinien.

Voir aussi

Loi sur le renseignement : La France critiquée

«La France renonce à ses liberté», «ère Bush-esque», loi «radicale». Au lendemain de l’adoption par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.