mardi 24 octobre 2017

Corée du Nord: révolution de palais

Pyongyang a confirmé la chute de l’influent Jang Song-Thaek, oncle et éminence grise du numéro un. La télévision a en outre diffusé les photos de l’arrestation humiliante de celui considéré jusqu’à peu comme le numéro deux du régime.

Le quotidien Rodong Sinmun, pro-gouvernemental, comme tous les médias de ce pays où l’opposition n’existe pas, publie en «une» un éditorial qui appelle à l’unité et prévient que la Corée du Nord «ne pardonne jamais aux traîtres».
Il cite des déclarations de citoyens indignés par les méfaits présumés de Jang Song-Thaek. «Ces mécréants qui ont cherché à ruiner notre unité méritent un châtiment divin. Je voudrais plonger Jang et son clan dans de l’eau bouillante», affirme Ri Yong-Song, ouvrier dans une centrale électrique à Pyongyang.
Des analystes estiment que ce limogeage brutal -premier remous d’importance rendu public depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-Un en décembre 2011, à la mort de son père- pourrait être source d’instabilité, même dans un des pays les plus contrôlés au monde par sa classe dirigeante.

Voir aussi

Loi sur le renseignement : La France critiquée

«La France renonce à ses liberté», «ère Bush-esque», loi «radicale». Au lendemain de l’adoption par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.