jeudi 17 août 2017

Révolte : «Je dis non»

La création théâtrale «Je dis non» s’articule autour de textes littéraires non-théâtraux. Sélectionnée et mise en scène par Fatym Layachi, c’est une mosaïque du refus. De Charles Baudelaire à Omar El Khayyam, de Jacques Prévert à Mikhaïl Bakounine, de Yannis Ritsos à Boris Vian, Victore Hugo, Khalil Gibran, Henri Michaux, Marceline Desbordes Valmoire, Antonin Artaud…, des fragments de textes sont minutieusement choisis et s’enlacent pour créer, en l’espace de 90 minutes, une mosaïque de pensées et d’émotions entre colères et introspections.

En empruntant les mots de grands auteurs et en leur donnant vie sur scène par la bouche de deux comédiens (interprétation par Clémence Labatut et Yacine Ait Benhassi), la jeune metteur en scène, Fatym Layachi, conjugue la force de la littérature aux ruptures du quotidien. Expression de la résistance, de l’indignation ou encore de l’inacceptation, les trois lettres qui forment le mot «non» scellent d’innombrables pistes de réflexion. Dans la poésie comme dans la prose, la notion du refus, mère de toutes les ruptures, a été sondée et exprimée par les plus grands auteurs de la littérature. «Je dis non» leur rend hommage et hisse la résistance de leurs mots, couchés sur le papier, sur le devant de la scène. La scénographie est de Zineb Andress Arraki.

Voir aussi

Courage, Hatim : «Bi chifae l3ajel»

On voulait à tout prix croire que c’était juste une rumeur. Mais l’information a été …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.