lundi 23 avril 2018
Flash Infos

Sommet UE-Afrique : Nouveau coup de maître royal

Franc succès pour le Maroc, à l’occasion du 5ème Sommet UE-UA qui a pris fin le 30 novembre 2017 à Abidjan. En plus de son apport crucial à ce grand rendez-vous, SM le Roi Mohammed VI a réalisé un véritable coup de maître que les plus hostiles au Royaume n’oublieront pas de sitôt. 

Le 5ème Sommet UE-Afrique d’Abidjan a clôturé ses travaux en beauté. Le Royaume, grâce à l’offensive diplomatique menée par le Souverain, a encore une fois frappé fort, très fort même. En effet, SM le Roi Mohammed VI a reçu, mercredi 29 novembre, à la résidence royale à Abidjan, le Président de la République d’Afrique du Sud, Jacob Zuma, en marge de la participation du Souverain au Sommet UE-Afrique, placé cette année sous le thème «Investir dans la jeunesse pour un développement durable».

Rétablissement des relations entre Rabat et Pretoria

Lors de cet entretien chaleureux et empreint de franchise et de bonne entente, les deux chefs d’Etat ont convenu de travailler ensemble, main dans la main, pour se projeter dans un avenir prometteur, d’autant plus que le Maroc et l’Afrique du Sud constituent deux pôles importants de stabilité politique et de développement économique, respectivement à l’extrême nord et l’extrême sud du continent. Ils ont aussi convenu de maintenir un contact direct et de se lancer dans un partenariat économique et politique fécond, afin de construire des relations fortes, pérennes et stables et dépasser ainsi l’état qui caractérisait les relations bilatérales durant des décennies. A ce propos, le Souverain et Jacob Zuma ont décidé que le cadre de la représentation diplomatique soit relevé par la désignation d’ambassadeurs de haut niveau, à Rabat comme à Pretoria. S’exprimant sur cette volonté affichée du Maroc et de l’Afrique du Sud, d’ouvrir une nouvelle page dans les relations bilatérales entre les deux pays, le président sud-africain, Jacob Zuma, a rappelé que le Royaume a souligné l’importance du renforcement des relations entre les deux pays. «Nous n’avons jamais eu de problème» avec le Maroc, a poursuivi le Président sud-africain, rappelant le soutien apporté par le Royaume au peuple sud-africain durant sa lutte pour la libération du régime de la ségrégation raciale, connu sous le nom de l’apartheid. Le Maroc a été, en effet, l’un des pays où l’ancien Président Nelson Mandela s’était rendu pour chercher une expérience militaire au début des années 1960.

En renouant les relations diplomatiques de son pays avec le Maroc, Jacob Zuma a pris une décision qui va certainement faire grincer les dents de certains membres du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir, dont Zuma est le chef de file. De par le choix de ses dirigeants, auxquels le Maroc n’a jamais tenté d’expliquer le dossier du Sahara, l’ANC, le plus ancien mouvement de libération du continent africain, soutient depuis longtemps les séparatistes du Polisario. Grincement de dents, donc, avec l’actuel tournant diplomatique qui a même poussé certains membres de l’ANC à demander que ce sujet soit débattu lors de la Conférence électorale comptant pour les présidentielles sud-africaines de 2019. A rappeler que le Maroc avait décidé, en 2004, de retirer son ambassadeur de l’Afrique du Sud, en raison de la reconnaissance, à l’époque par le président Thabo Mbeki, de la fantomatique RASD.

… Et avec l’Angola

A l’occasion de la participation de SM le Roi Mohammed VI au Sommet UE-Afrique, le Maroc a réalisé une autre ouverture politique en direction de l’Angola, bien que ce pays ait longtemps soutenu les séparatistes du Polisario. Dans ce contexte, SM le Roi Mohammed VI a reçu, mercredi 29 novembre 2017 à Abidjan, le Président de la République d’Angola, Joao Lourenço et ce, en marge du 5ème Sommet UE-Afrique. A cette occasion, les deux chefs d’Etat se sont félicités de l’ouverture d’une nouvelle ère dans les relations bilatérales et ont convenu d’ouvrir de nouvelles perspectives de coopération dans l’ensemble des domaines. Ayant marqué leur optimisme quant à l’avenir des relations bilatérales, ils ont également décidé de renforcer, d’une part, le dialogue politique et, d’autre part, l’essor de la coopération économique multisectorielle entre les deux pays et ce, à travers le partage du savoir-faire et l’implication effective des communautés des affaires des deux pays. Dans ce contexte, SM le Roi Mohammed VI a invité le président Joao Lourenço à effectuer une visite officielle au Maroc dans un très proche avenir. Invitation que le président angolais a tout de suite acceptée.

Les Algéro-polisariens plus isolés que jamais

Les deux audiences accordées par SM le Roi Mohammed VI aux présidents de l’Afrique du Sud et de l’Angola, à l’occasion du 5ème Sommet UE-Afrique, isolent davantage le Polisario et l’Algérie elle-même qui a présenté la participation du chef de l’autoproclamée RASD à ce Sommet comme «une grande victoire», alors que sur les photos et les vidéos de la cérémonie d’ouverture du Sommet UE-Afrique, les représentants polisariens et algériens sont apparus marginalisés face à l’offensive diplomatique marocaine.

La poignée de main qui en dit long

La photo puis la vidéo ne sont pas passées inaperçues. A l’issue de la cérémonie solennelle d’ouverture du Sommet UE-Afrique, mercredi 29 novembre 2017 à Abidjan, SM le Roi Mohammed VI et le président français Emmanuel Macron ont profité d’une brève pause pour échanger dans un esprit fraternel. Tout allait le plus normalement du monde, jusqu’au moment où le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia, s’est présenté pour saluer SM le Roi Mohammed VI. Ouyahia a fait savoir dans une déclaration à la presse algérienne qu’il avait été chargé de transmettre les salutations du président Abdelaziz Bouteflika au Souverain. S’agissait-il d’un simple geste diplomatique ou d’un message sur les intentions futures du pouvoir algérien de nouer des liens de bon voisinage et de coopération avec le Maroc? L’avenir le dira, quoique nombre d’observateurs pensent que la grande percée diplomatique du Maroc en Afrique a donné du fil à retordre à l’Algérie qui traverse une crise économique et politique menaçant le pays d’asphyxie.

Pour rappel, le 5ème Sommet UE-Afrique, qui s’est tenu les 29 et 30 novembre 2017 dans la capitale de la Côte d’Ivoire, Abidjan, a traité de plusieurs dossiers, à savoir la migration, l’emploi des jeunes, la lutte contre le terrorisme et la sécurité alimentaire. Le Maroc a proposé une feuille de route pour faire face à l’ensemble de ces défis.

Mohcine Lourhzal

En attendant le Sommet de la CEDEAO

Après son retour à l’Union Africaine (UA) et sa participation probante au 5ème Sommet UE-Afrique, le Royaume participera au prochain Sommet de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), prévu le 16 décembre 2017 à Abuja, capitale du Nigeria.

Voir aussi

Dossier du Sahara : Réunion d’urgence au parlement

Les Commissions des Affaires étrangères et de la défense des deux chambres du parlement se …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.