mardi 17 octobre 2017

Politique générale : Benkirane riposte

Benkirane au parlement maroc

Le chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane, a passé mardi 13 janvier un nouvel oral.

La séance mensuelle consacrée aux questions relatives à la politique générale auxquelles il a répondu (art. 100 de la Constitution) avec son habituel franc-parler.
Il s’agissait de l’amélioration du rang du Maroc dans les indices internationaux à travers les rapports internationaux et de l’impact de ces derniers sur l’image des pays.
A. Benkirane a précisé que le nombre des rapports va grandissant: 96. Une partie de ces rapports se base sur les indicateurs de perception et ne reflète pas systématiquement la réalité vécue. Cependant, les résultats de près de 60 rapports reconnaissent dans leur majorité que le Maroc a enregistré une avancée notoire dans la classification, grâce aux réformes qu’il a menées et les initiatives qu’il a prises. Ainsi, le Royaume a avancé de 16 points en 2014 et de 11 points volet corruption.
Benkirane a annoncé la création d’un groupe de travail -une nouveauté- auprès de la Primature qui a pour tâche le suivi de l’image du Maroc dans la plupart des rapports internationaux chargés de classifier les pays, suivant un plan de travail qui vise à améliorer le classement du Maroc et à analyser le retard dans ce système.
Fidèle à lui-même, Abdelilah Benkirane a défendu l’action de l’Exécutif et reproché à l’opposition de broyer du noir, sans pour autant reconnaître au gouvernement les réalisations concrètes et, pire, en étalant des choses pas toujours vraies.

A une députée qui a dit que les Marocains n’ont pas profité de la baisse des prix du carburant, le chef de gouvernement a répondu en ironisant: «Je dis à la députée qu’il est sûr que ce n’est pas elle qui va à la pompe, mais quelqu’un d’autre, peut-être… (Rires). Ce sont 4,80 DH que le consommateur a gagné et on ose dire que rien n’a été fait». Et d’ajouter: «Près de 1.500 médicaments ont vu leur prix baisser. Aussi me demandé-je parfois si je vis dans un autre pays. C’est pour cela que je ne suis pas au courant de ce qui se passe au Maroc. Et pourquoi alors sommes-nous jalousés à l’international?»
En réponse à la députée de l’USFP, Hasnaa Abou Zayd, qui lui reprochait d’avoir échoué dans son combat contre la corruption, Benkirane a donné cette réponse: «Ce n’est pas moi qui combat la corruption, c’est plutôt la corruption qui me combat». Quand le chef de gouvernement a émis le vœu de voir un jour le marocain sortir de chez lui et ne revenir qu’avec une promesse d’embauche, un député l’a interrompu en lançant: «Vous y arriverez durant le prochain mandat». La réponse de Benkirane ne s’est pas fait attendre: «Pourquoi ne dites-vous pas durant les 2ème, 3ème ou même 4ème mandats? Si l’opposition persiste dans cette mentalité, c’est sûr qu’elle ne sera jamais là où nous sommes».

Mohammed Nafaa

Voir aussi

Parlement : Le rapport accablant de Driss Jettou

Devant les deux Chambres du Parlement, Driss Jettou, président de la Cour des Comptes, a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.