jeudi 19 octobre 2017

PAM : Le cannabis et les grands taxis pour commencer

Benchemmas pam maroc

Le PAM propose de se pencher beaucoup plus sur le volet socio-économique. Deux chantiers sont sur la table: le cannabis et les grands taxis à renouveler.

Le Parti Authenticité et Modernité (PAM) innove en matière de communication. Hostile à la création d’un journal de parti, le chef de son groupe à la Chambre des conseillers, Hakim Benchemmas, a récemment convié des journalistes, dans un café de la capitale, à une rencontre qu’il veut devenir une tradition et un rendez-vous mensuel, ou à chaque fois que les événements l’exigent, pour faire connaître la position du parti sur tel ou tel événement.

Retour au cannabis

«Nous allons traiter, lors de cette rencontre d’information, une question certes sectorielle, mais qui revêt une importance particulière et une hyper sensibilité», a commencé par dire Hakim Benchemmas. Il s’agissait de l’affaire du cannabis qui exige, selon l’orateur, un traitement qui corrige l’image négative que l’on se fait du Maroc, celle d’exportateur de Hachisch, après l’Afghanistan.
Le 5 avril 2014, le PAM organisera une rencontre qui regroupera entre 500 et 1.000 agriculteurs dans la province de Chaouen. Une autre rencontre aura lieu à Ketama. Le but, a précisé Hakim Benchemmas, est d’«élargir l’espace du débat public sur le kif de façon à ce qu’il passe des salons au public. Il sera suivi d’une séance de travail pour laquelle des invitations ont été adressées à l’ensemble des formations politiques et des acteurs de la société civile».
Pour Benchemmas, on ne peut élaborer un projet de loi pour régulariser le kif sans impliquer les populations. «Aussi, soumettrons-nous bientôt le projet d’agence de régulation du kif à l’appréciation du Parlement», a-t-il indiqué.

Un colloque scientifique

L’agenda du PAM est bien chargé. Il se penche actuellement sur la préparation d’un colloque scientifique international qui se tiendra au parlement, le 14 avril 2014, avec pour thème «l’économie nationale et le nécessaire système de développement». Le choix thématique est d’autant plus nécessaire qu’il a été dicté, a souligné Benchemmas, par le fait que la politique accapare tout l’espace et exerce un vrai dictat.

Haro sur les grands taxis

L’autre chantier sur lequel le PAM travaille depuis quelque temps intéresse le transport urbain. Il s’agit concrètement, a précisé Hakim Benchemmas, du transport dit «grands taxis» qui exige le renouvellement de son parc auto. Il existe quelque 55.000 voitures, en majorité allemandes du genre Mercedes 240, certes à l’origine solides mais qui sont devenues une vraie ferraille. Leur espérance de vie ne devrait en aucun cas dépasser 30 ans. Le PAM, a dit Benchemmas, propose de troquer ces vieilles voitures contre d’autres neuves, des Renault ou Dacia et des Renault Trafic.
Le challenge est de diminuer les accidents meurtriers de la circulation, garantir un minimum de dignité aux chauffeurs de grands taxis et réduire la consommation de gasoil. Cerise sur le gâteau, Benchemmas a annoncé: «Nous proposons 7 sièges au lieu de 6 actuellement. Le gouvernement pourrait négocier 8 sièges».
Ce projet aura sans doute un impact sur la Caisse de compensation. Le grand challenge pour le gouvernement, a conclu Benchemmas, c’est de convaincre les syndicats des grands taxis à Casablanca, surtout de la crédibilité de ce projet.

Mohammed Nafaa

Voir aussi

Parlement : Le rapport accablant de Driss Jettou

Devant les deux Chambres du Parlement, Driss Jettou, président de la Cour des Comptes, a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.