mardi 17 octobre 2017

OFPPT : La qualité, une priorité absolue!

Conference larbi bencheikh ofppt septembre 2014

Lors d’une conférence de presse dédiée à la rentrée, organisée le 16 septembre à Casablanca, en présence de la CGEM et des présidents de fédérations et d’associations professionnelles, Larbi Bencheikh a fait le point.

Larbi Bencheikh, directeur général de l’OFPPT (Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail), a rappelé dans sa présentation les faits marquants de la stratégie de développement pour la période 2001-2014. Le directeur général a ainsi évoqué la formation de 400.000 jeunes dans le cadre de la Commande gouvernementale 2002/2003 et de celle de 2007/2008 et la mise en œuvre du Plan de développement à l’horizon 2017 visant la formation d’un million de jeunes. Bencheikh a souligné que ce plan en est à sa 4ème phase et a déjà permis la formation de 552.210 lauréats. Il a aussi présenté les différentes actions menées pour le renforcement de la capacité d’accueil qui a évolué de plus de 582% depuis 2001, passant de 54.247 stagiaires à une offre de formation de 370.000 places pédagogiques en 2014-2015, supportée par un réseau d’établissements couvrant l’ensemble du territoire national et composé de 337 Instituts (contre 184 en 2001), dont 114 sectoriels.

Ce dispositif est renforcé à l’occasion de la rentrée 2014/2015 par la création de 8 instituts, dont le Centre de formation dans les métiers de l’automobile à Moulay Rachid-Casablanca, le Centre de formation aux métiers du Tourisme au quartier Guich Loudaya à Temara (tous les deux créés dans le cadre du partenariat avec la Fondation Mohammed V pour la Solidarité et inaugurés par SM le Roi Mohammed VI le mois de Ramadan dernier), le Complexe de formation dans les métiers de l’offshoring, des TIC et de l’électronique d’Oujda, l’Ecole de formation dans les métiers du BTP Settat, sans oublier les ISTA (instituts spécialisés de technologie appliquée) à Tamansourt, Tamesna, Sidi Ifni et Tafraout et deux Centres de formation en milieu pénitentiaire à Toulal III et Guelmim.
Pour le responsable, l’élargissement de la capacité vise à répondre à une demande en formation de plus en plus forte de la part des jeunes, avec une affluence moyenne de 2 à 3 demandes par place et près de 500.000 demandes prévues à la fin de l’année 2014. Cet élargissement vient également en réponse aux besoins en compétences des projets structurants de l’économie et des secteurs prioritaires, tels que le Plan d’accélération industrielle, le BTP, le Tourisme, le Plan Maroc Vert, les stratégies Transport & Logistique, la Vision 2020, Rawaj…
Garant de l’insertion et de l’employabilité des lauréats, le chantier de la Qualité de la formation est au cœur des préoccupations de l’OFPPT. La Démarche Qualité de l’OFPPT est ainsi matérialisée par la certification ISO 9001-version 2000 de 22 établissements de formation, la distinction des stagiaires de l’OFPPT lors des manifestations et concours nationaux (Prix nationaux de la Qualité 2009, 2012 et 2013), 2 Prix au Concours national de l’Innovation; et internationaux (4 Médaillons d’Excellence à Wordlskills dont le dernier en 2013), le «Prix CISCO de la meilleure académie» et la 1ère place au concours CISCO Net Riders 2013 (TMENA: Turquie, Afrique du Nord et Moyen-Orient)…
Les retombées de cette démarche sont tangibles au niveau du taux d’insertion des lauréats de l’OFPPT qui varie de 75% à 100%, du taux en progression de 14 points depuis 2000, particulièrement dans les secteurs de l’industrie et du Tourisme, le tertiaire, les TIC, etc. A noter à ce propos que l’OFPPT insère annuellement 80.000 jeunes lauréats, (contre 20.000 seulement en 2001). A titre d’exemples, 95% des employés du secteur de l’aéronautique et 80% des opérateurs de l’usine Renault-Tanger sont des lauréats de l’OFPPT.

Une économie de 12 MMDH en une décennie

L’atteinte de ces objectifs a nécessité l’adoption d’un système de gestion qui a permis la rationalisation et l’optimisation des moyens financiers et humains et la maîtrise des charges, faisant réduire le coût de formation annuel par stagiaire de 51%. Ces efforts ont ainsi permis de réaliser une économie annuelle d’un milliard de dirhams de deniers publics (soit 12 milliards DH d’économie en une décennie) et de ne pas recourir à la subvention de l’Etat pour le 4ème exercice consécutif, malgré le développement important qu’a connu l’OFPPT en matière de création d’établissements (184 en 2002, contre 337 en 2014) et de places pédagogiques (54.000 en 2002, contre 370.000 en 2014/2015).

Bouchra Elkhadir

Voir aussi

Parlement : Le rapport accablant de Driss Jettou

Devant les deux Chambres du Parlement, Driss Jettou, président de la Cour des Comptes, a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.