mercredi 18 octobre 2017

Nabila Mounib, intransigeante

Nabila mounib

Au Forum de la MAP, Nabila Mounib, SG du PSU, a dit défendre la liberté d’expression, sans pour autant (Charlie Hebdo) se permette d’écrire n’importe quoi…

Nabila Mounib, secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU) n’a pas mâché ses mots, s’agissant de la situation politique et économique du Maroc.
Invitée du Forum de la MAP, elle a fait feu de tout bois. «Tous les pouvoirs, a-t-elle dit, sont concentrés entre les mains de l’Institution monarchique et nous sommes face à deux gouvernements: un gouvernement de l’ombre et un deuxième qui ne gouverne pas. Dame Nabila Mounib a abordé tous les maux de la société: politique, élections, corruption, réformes, Caisse de compensation et le dossier épineux de la retraite. Les élections, a-t-elle précisé, conservent toujours leur odeur du passé, à savoir que nous nous trouvons face au pouvoir de la nomination qui prend, a-t-elle dit, le dessus sur celui du pouvoir des élections. Et de dire que la corruption est devenue plutôt institutionnelle, faisant remarquer que le pays a laissé passer l’occasion de remédier à ce fléau social au lendemain du printemps arabe.

La secrétaire générale du Parti socialiste unifié n’a pas été non plus tendre avec sa famille de la gauche qui, a-t-elle affirmé, n’est plus écoutée. Un jugement qui de toute évidence ne tombera pas dans l’oreille de sourds, connaissant la crise latente qui fragilise l’USFP et la gauche en général cantonnée dans une opposition qui peine à jouer son rôle et justement à se faire entendre.
Au cœur de l’actualité, Mounib ne pouvait passer sous silence la position de son parti concernant l’affaire de Charlie Hebdo. «Nous refusons qu’on assassine des gens, a-t-elle lancé, mais on ne peut écrire n’importe quoi», a-t-elle lancé. Et de préciser: «Le PSU défend la liberté d’expression et rien ne justifie pour autant ce crime odieux».
Parce qu’elle se voulait transparente et directe, Nabila Mounib a mis cartes sur table, reconnaissant que son parti (PSU) n’a pas reçu de subvention de la part de l’Etat.

Mohamed Nafaa

Voir aussi

Parlement : Le rapport accablant de Driss Jettou

Devant les deux Chambres du Parlement, Driss Jettou, président de la Cour des Comptes, a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.