jeudi 23 novembre 2017

Maroc : Les autres portefeuilles du gouvernement…

En plus des départements ministériels à part entière, le gouvernement de Saâd-Eddine El Othmani compte six ministères délégués, treize Secrétariats d’Etat et trois ministères de souveraineté. 

En 22 jours, le nouveau chef de gouvernement a bouclé les négociations pour la formation de sa majorité. Saâd-Eddine El Othmani a, durant cette période, franchi toutes les étapes préalables à la nomination officielle par le Souverain du nouvel Exécutif. Ce qui attire l’attention dans ce nouveau gouvernement, c’est sa composition. Le nouvel Exécutif connaît en effet le retour en force des Secrétaires d’Etat et la nomination d’un ministre d’Etat, poste resté vacant depuis la disparition de feu Abdallah Baha. Le gouvernement de Saâd-Eddine El Othmani se compose également de plusieurs ministères délégués et départements de souveraineté.

Six ministères délégués

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) en a obtenu deux, confiés à Lahcen Daoudi (nommé aux Affaires générales et à la Gouvernance) et à son collègue au parti, Mustapha El Khalfi (au ministère délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile). L’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) a, pour sa part, décroché deux ministères délégués. Il s’agit du ministère délégué chargé de la Réforme de l’Administration et de la Fonction publique, confié à Mohamed Ben Abdelkader et du ministère délégué chargé des Marocains Résidants à l’Etranger (MRE) et des Affaires de la migration, confié à Abdelkrim Benatiq. Il est à noter que ce gouvernement comprend aussi deux ministres délégués évoluant dans des départements de souveraineté. Il s’agit de Noureddine Boutayeb, ministre délégué à l’Intérieur et de Abdellatif Loudiyi, ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé de l’Administration de la Défense nationale. 

13 secrétariats d’Etat

Outre les ministères délégués, la nouvelle équipe gouvernementale a vu la nomination de plusieurs secrétaires d’Etat. Au nombre de 13, ces portefeuilles sont répartis entre tous les partis de la majorité (PJD, RNI, MP, UC, USFP et PPS). Le PJD an a pris quatre. Mohamed Najib Boulif a ainsi été nommé Secrétaire d’Etat chargé du Transport. Jamila El Moussali a pris le poste de Secrétaire d’Etat chargée de l’Artisanat et de l’Economie sociale. Le Secrétariat d’Etat à l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique est revenu à Khalid Samadi, au moment où sa collègue au parti, Nezha El Ouafi, a été placée à la tête du Secrétariat d’Etat au Développement durable.

Le Rassemblement National des Indépendants (RNI) s’est adjugé, quant à lui,  deux secrétariats d’Etat, avec Mbarka Bouaida au département délégué de la Pêche Maritime et Lamia Boutaleb, chargée du Tourisme. Pour sa part, le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) s’est contenté d’un seul Secrétariat d’Etat à l’Eau, que dirigera Charafat Afilal, ex-ministre déléguée chargée de l’Eau dans le gouvernement précédent. Même constat pour le Mouvement Populaire (MP) qui n’a eu qu’un seul Secrétariat d’Etat qui est revenu à Fatna Lkhiyel. L’USFP n’a lui aussi pu avoir qu’un seul Secrétariat d’Etat, au Commerce extérieur, confié à Rkia Derham. Othmane El Ferdaous, de l’Union Constitutionnelle (UC), a à son tour été nommé secrétaire d’Etat à l’Investissement.

Trois des 13 secrétariats d’Etat que compte le gouvernement sont dirigés par des sans appartenance politique (SAP). Il s’agit de Mounia Boucetta, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et à la Coopération internationale, Hamou Ouheli, secrétaire d’Etat chargé du Développement rural et des Eaux et Forêts et Larbi Bencheikh, secrétaire d’Etat chargé de la Formation professionnelle.   

Trois ministères de Souveraineté  

Dans tous les gouvernements marocains figuraient des ministères de Souveraineté. La sensibilité des dossiers à traiter font que les personnes qui en ont la charge soient neutres et n’obéissent à aucun courant politique. Le gouvernement El Othmani compte, lui aussi, trois ministères de souveraineté. Ainsi, Abdelouafi Laftit a été nommé par le Souverain à la tête du ministère de l’Intérieur. Le département de l’Education nationale et de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a été confié à Mohamed Hassad. Ahmed Taoufik a, quant à lui, rempilé au ministère des Habous et des Affaires Islamiques.

Il est à souligner que le gouvernement d’El Othmani a fait une belle surprise à l’ancien ministre de la Justice dans les gouvernements de Benkirane I et II, Mustapha Ramid. Celui-ci qui a été nommé par le SM le Roi ministre  d’Etat chargé des Droits de l’homme. Pour ce qui est du ministère délégué chargé de  l’administration de la Défense nationale et du département délégué auprès du ministre de l’Intérieur, ils sont revenus à des personnalités sans appartenance politique. Il s’agit respectivement de Abdellatif Loudiyi et de Noureddine Boutayeb.

Mohcine Lourhzal 

Voir aussi

17ème Congrès de l’Istiqlal : Le congrès de la discorde

Le Congrès national du Parti de l’Istiqlal (PI), qui devait élire le nouveau Secrétaire général …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.