samedi 19 août 2017

Les Parlementaires en vacances : Vers une session extraordinaire pour bilan…

Parlement maroc fin de session

Les Parlementaires sont en vacances, mais le PAM se propose de les interrompre en appelant à une séance extraordinaire (art. 101) pour astreindre le Chef de gouvernement à présenter son bilan d’étape de l’action gouvernementale.

En effet, le Parlement vient de clôturer sa session d’automne, mais les avis restent très mitigés sur le bilan de la dernière session: positif pour l’alliance gouvernementale, négatif pour l’opposition. A la Chambre des députés, 46 textes ont été adoptés, dont 25 projets de loi et 18 conventions. La deuxième Chambre a quant à elle adopté 26 textes de lois.

Abdelilah Benkirane, Chef de gouvernement, voit le verre à moitié plein, donc un bilan positif. Selon lui, jamais l’institution législative, du temps des gouvernements précédents, n’avait eu à son actif autant de lois adoptées (180 textes) en un laps de temps aussi court: seulement deux années!
Commentant la dernière session d’automne, Karim Ghellab, président de la Chambre des représentants, a souligné que celle-ci a adopté, grâce à la conjugaison des efforts de l’ensemble des députés, moult textes législatifs. Il a cité particulièrement des projets de loi organique, en plus d’une loi-cadre, outre la mise en œuvre juridique des réformes fondamentales apportées au règlement intérieur approuvé par le Conseil constitutionnel. Ghellab a également mis en exergue l’activité diplomatique menée par la Chambre des représentants, laquelle a fait connaître à l’international les dossiers et grands chantiers du Maroc et fait basculer nombre de positions concernant principalement la cause nationale.
Mohamed Cheikh Biadillah, président de la Chambre des conseillers a quant à lui estimé que les Hautes directives royales ont constitué un tournant décisif qui a favorisé l’élaboration d’une stratégie en matière de diplomatie parlementaire.

Le RNI au perchoir

A la Chambre des députés, on s’attend à un événement de taille, dès la reprise en session printanière, à savoir le renouvellement de la présidence. Le vote ou un certain consensus devra décider du nouveau président.
Depuis quelque temps, on évoque en sourdine l’anormalité du maintien de Karim Ghellab (PI) à la tête de la Chambre des représentants, alors que le Parti de l’Istiqlal (opposition) qu’il représente a basculé dans l’opposition. Depuis leur retour à la majorité, les RNIstes et leur patron et nouveau chef de la diplomatie, Salah-Eddine Mezouar, ambitionnent de mettre sur le perchoir un des leurs, en l’occurrence l’ex-ministre et actuel chef du groupe parlementaire du RNI (Rassemblement National des Indépendants), Rachid Talbi Alami.
En effet, il était inconcevable de voir un président de la Chambre des représentants, qui est membre influent du Parti de l’Istiqlal, continuer à assurer la présidence. Tout le monde enregistrait cette anomalie, mais sans pouvoir pour autant opérer le changement voulu. L’arsenal juridique existant ne prescrit aucun «remède» à cet état fébrile, pour désarçonner le président de la Chambre en cas de basculement de son parti dans l’opposition. Ce qui a donné à Karim Ghellab l’opportunité de prolonger son mandat jusqu’en avril 2014, comme le stipule le règlement intérieur de la Chambre des représentants. Il faut cependant reconnaître qu’il a assuré cette deuxième partie de son mandat avec brio et beaucoup de dynamisme, comme en attestent même ses détracteurs.

En attendant le verdict des urnes…

Si la première Chambre s’apprête à opérer un changement au niveau de la présidence, sa consœur continue de vivre tant bien que mal une période transitoire plutôt mal vue, en attendant le verdict des urnes des prochaines élections. La Chambre des conseillers continue ainsi de s’agiter en refusant son statut d’illégitimité et en ignorant les critiques acerbes qui lui sont adressées. Pour se maintenir en place, elle a mis le paquet sur les fameuses «ihatas» qui lui permettent de maintenir la pression sur l’Exécutif. Mais c’était sans compter avec l’habileté du Chef de gouvernement qui a réussi à désamorcer la bombe en privant les conseillers de la diffusion télévisée des «ihatas».

Session parlementaire extraordinaire

Une chose est sûre: cette période de récréation parlementaire promet d’être très active et pour cause, le Bureau politique du PAM (Parti Authenticité et Modernité) a inscrit sur son agenda la proposition de la tenue d’une session parlementaire extraordinaire pour amener Benkirane à se soumettre aux exigences de l’article 101 de la Constitution. Ce dernier l’astreint à «présenter devant le parlement un bilan d’étape de l’action gouvernementale, à son initiative ou à la demande du tiers des membres de la Chambre des représentants ou de la majorité des membres de la Chambre des conseillers. Une séance annuelle est réservée par le Parlement à la discussion et à l’évaluation des politiques publiques».

Une piètre image

Durant cette troisième année de période transitoire, la Chambre des conseillers a donné d’elle une piètre image, résumant ses compétences aux seules «ihatas» qui ont envenimé ses relations avec l’Exécutif et réduit le contrôle du gouvernement par la Chambre des conseillers à des querelles et autre tapage; ce qui n’a pas été très apprécié par l’opinion nationale. Cette situation a même arrangé les affaires d’une certaine presse en quête de sensationnel pour augmenter ses chiffres de vente.
En effet, les harangues violentes dans l’Hémicycle ont donné la nette impression d’anticiper une campagne électorale qui ne dit pas son nom, tout en s’y préparant au sein des quartiers généraux des différents partis politiques.

Mohammed Nafaa

Voir aussi

Evènements d’Al Hoceïma : Laftit s’explique sur la situation

A en croire le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, le gouvernement a répondu favorablement, jusqu’ici, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.