vendredi 24 novembre 2017

Le grand dilemme du PPS : Rester ou quitter le gouvernement?

Suite aux sanctions royales contre certains responsables ministériels, dont deux issus du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS), le Bureau politique (BP) du parti du livre s’est réuni à titre exceptionnel, jeudi 26 octobre 2017.

Dans un communiqué publié à l’issue de cette réunion, le PPS a expliqué que ses instances «évaluent ce sujet avec tout le respect et la considération dûs à  Sa Majesté le Roi et ses Hautes décisions».  Le communiqué a par ailleurs souligné que le PPS a, depuis sa création, été animé par un esprit de responsabilité et de pondération, «aussi bien lors de son appartenance à l’opposition pendant cinq décennies ou lors de sa participation à la gestion des affaires gouvernementales». Dans cette même logique, le BP du PPS a réaffirmé sa «sincère conviction que le Secrétaire général du parti et les deux camarades ayant assumé des responsabilités ministérielles, tant dans le gouvernement actuel que dans le précédent, concernés par ces décisions, ont accompli leurs missions avec un souci rigoureux de se conformer aux exigences des intérêts suprêmes de la patrie et du peuple, imprégnés en cela des principes et des valeurs du parti fondés sur un haut niveau de patriotisme et sur la nécessité de faire preuve d’un maximum d’honnêteté, de sincérité et de confiance».

Le PPS va-t-il quitter le gouvernement?

S’agissant de la question de la poursuite ou non de la participation du parti au gouvernement actuel, le BP du PPS a annoncé la tenue d’une réunion du Comité central du parti, le samedi 4 novembre 2017. Cette réunion devrait permettre au PPS d’être fixé sur son sort: rester partenaire de la majorité gouvernementale actuelle ou basculer dans l’opposition. «Le BP du PPS a décidé, conformément aux statuts du Parti, de soumettre la question de la poursuite ou non de la participation du PPS au gouvernement actuel à l’appréciation du Comité central, tout en poursuivant ses concertations en la matière, sur la base des éléments nouveaux qui pourraient intervenir», a noté le communiqué du PPS.

Ismail Alaoui: quitter le gouvernement

Pour sa part, Moulay Ismail Alaoui, ancien secrétaire général du parti et chef de sa Présidence, la plus haute instance consultative du PPS, a un avis différent sur la question de la poursuite ou non de la participation du parti au gouvernement. Dans une lettre adressée aux membres du Bureau politique du parti, il a recommandé de quitter le gouvernement et de rejoindre l’opposition. «Il me semble qu’il y avait deux poids deux mesures, surtout que d’autres ministres qui ont signé également les accords n’ont pas été sanctionnés», a-t-il affirmé.

Cependant, le Bureau politique recommande au parti de rester dans la majorité… La question doit être tranchée samedi 4 novembre.

ML

Voir aussi

17ème Congrès de l’Istiqlal : Le congrès de la discorde

Le Congrès national du Parti de l’Istiqlal (PI), qui devait élire le nouveau Secrétaire général …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.