samedi 16 décembre 2017

Investissements marocains en Afrique La BID prête à financer !

La bid au maroc

Le président de la Banque Islamique de Développement, Ahmed Mohamed Ali, a salué le périple royal en Afrique subsaharienne et annoncé la disposition de la BID à financer les investissements marocains dans le continent africain.

Qualifiée d’historique, la transition que traverse aujourd’hui le Maroc (réformes, sécurité, opportunités et stabilité) lui a valu cette initiative du groupe de la Banque Islamique de Développement (BID) de le choisir pour organiser une conférence internationale à Skhirat (5 mars 2014) axée sur l’environnement de l’investissement au Royaume.

Valoriser l’attrait de l’investissement

De ce fait, le choix du Maroc par le groupe de la BID consacre la volonté marocaine de valoriser l’attrait de l’investissement local et international grâce à des programmes structurels, dans le cadre d’une politique économique nationale ouverte sur l’environnement du Royaume arabe et international et résolument tournée vers l’avenir.
Quatre thématiques génériques ont été retenues par la conférence. La première a été consacrée au Maroc comme «destination stable pour l’investissement». La seconde a traité des opportunités d’investissement disponibles. La troisième a mis en relief le point de vue des investisseurs sur la conduite des affaires au Maroc. Et la quatrième s’est intéressée aux investissements directs étrangers.
Ces quatre thématiques, ainsi que le débat qui les a accompagnées ont permis aux investisseurs arabes et étrangers ayant fait le déplacement à Skhirat d’apprécier de visu l’environnement de l’investissement au Maroc et le climat des affaires afférent. Ainsi, ces thématiques ont fait que la conférence de Skhirat ait drainé plus de 400 participants représentant trente pays et 90 institutions et entreprises du monde de l’investissement qui se sont bousculées au portillon du Palais des congrès de Skhirat (à une vingtaine de kilomètres au sud de Rabat), attirés qu’ils étaient par la transition tranquille et démocratique du Royaume, l’adoption d’une nouvelle Constitution (juillet 2011) et l’organisation d’élections anticipées (2012). Au vu de toutes ces données et d’autres considérations, la conférence de Skhirat a vraiment été un moment fort mis à profit par le Maroc pour mettre en valeur sa dynamique de développement.

Promouvoir les investissements au Maroc

Intervenant au nom du groupe de la Banque Islamique de Développement (BID), le président Ahmed Mohamed Ali a exprimé son soutien à ce Forum international conforme aux objectifs du groupe. «Le partenariat de Deauville vise à promouvoir les investissements au Maroc de la part des pays du G8 et du CCG, les défis étant croissants et divers», a souligné le président de la BID. Et de préciser: «Le Forum vise à faire connaître les opportunités d’investissement du Maroc comme il représente une opportunité pour attirer les investisseurs étrangers vers ce pays devenu source d’innovation et berceau de toujours des civilisations et des cultures, au moment où nombre de pays sont toujours confrontés à des crises».
Le président de la BID a attiré l’attention des participants à la conférence internationale de Skhirat sur le fait que l’ouverture du Maroc sur les pays du voisinage ne réduit nullement son ancrage dans le contexte maghrébin et africain. Et Ahmed Mohamed Ali d’affirmer: «Le manque de complémentarité économique est en tête des défis auxquels font face les pays de la région et fait perdre à ces Etats la chance de développer leur économie à hauteur de 2%». Concernant le contexte économique africain, le président a affirmé que le marché africain représente pour le Maroc une opportunité, les pays du Sahel ayant grand besoin de la contribution comme du partenariat du Royaume. Et de conclure: «Le périple royal en Afrique subsaharienne confirme la prise de conscience du Maroc des potentialités dont regorge le continent africain».

Investir au Maroc

C’est dans ce sens que le président de la BID a annoncé que son institution bancaire est prête à financer ou à investir dans les projets marocains en Afrique. Dans une conférence de presse à Skhirat, il a précisé que le Maroc et la BID négocient actuellement un partenariat portant sur une enveloppe de 10 milliards de dollars. Et Ahmed Mohamed Ali de conclure: «Le Maroc est l’un des fondateurs de la Banque Islamique de Développement en 1974 et c’est sur cette base que la BID consolide ses relations avec le Royaume».

De Skhirat, Mohammed Nafaa

Voir aussi

PAM : Ilyas El Omari maintenu aux commandes…

Le Conseil national du Parti Authenticité et Modernité (PAM) a décidé, au terme de sa …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.