vendredi 19 juillet 2019

Expulsion arbitraire des Marocains d’Algérie : Trois cas portés devant l’ONU

Trois cas de disparition, survenus au moment de l’expulsion arbitraire de 350.000 Marocains d’Algérie en 1975, ont été portés devant le groupe de travail de l’ONU sur les disparitions forcées ou involontaires (GTDFI), à l’occasion d’un débat organisé à ce sujet à l’Office des Nations Unies, basé à Genève. Le président de l’Organisation Marocaine des Droits de l’Homme (OMDH), Boubker Largo, qui intervenait au débat organisé à cette occasion, a rappelé qu’il est primordial de faire connaître le calvaire enduré par les familles des victimes qui réclament une réparation de préjudice de la part de l’Algérie.  Largo a par la suite énuméré les cas de disparition au moment de l’expulsion arbitraire des Marocains du territoire algérien en 1975. Il s’agit, entre autres, de Hasna K., âgée de 12 ans au moment des faits et d’un Marocain né en Algérie en 1929.

Le 18 décembre 1975, Houari Boumédiène, alors président de l’Algérie, décide, en concertation avec son ministre des Affaires étrangères de l’époque et actuel président de l’Algérie, Abdelaziz Bouteflika, de lancer une opération d’expulsion arbitraire à l’encontre de dizaines de milliers de Marocains résidant sur le territoire algérien. Fidèle à son habitude, l’Etat algérien refuse d’assumer sa responsabilité politique dans ce drame qui a déchiré des familles entières.

ML

Voir aussi

Le Salvador en phase d’évaluation de ses relations avec la pseudo « RASD »

Le nouveau gouvernement du Salvador se trouve actuellement dans une phase d’évaluation de ses relations …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.