dimanche 20 août 2017

Entretien avec Jean Paul Carteron, Fondateur de Crans Montana

jean_paul_carteron

Le fondateur de Crans Montana le pense et le dit dans ambages : «Crans Montana doit largement sa réussite à ses détracteurs». Il explique pourquoi.

Qu’est-ce qui a fait la réussite du Forum de Crans Montana?

Une grande partie de la réussite du Forum de Dakhla est le résultat de tous les obstacles qu’on a essayé de mettre sur notre chemin et qui ont suscité de la part de la communauté internationale une réaction tout à fait légitime. A savoir: «on connaît le Forum de Crans Montana depuis 35 ans et qu’il y a des gens qui cherchent à empêcher sa réunion. Qu’est-ce que cela veut dire? On doit venir voir». Et c’est pour cela qu’ils sont venus.

Comment a été faite la promotion du Forum de Crans Montana?

Elle a été faite en grande partie par tous ceux qui ont cherché à gêner sa réussite.

Vous avez parlé d’éruptions cutanées…

On veut dire par là que le Forum de Dakhla provoque chez certains (Ndlr: allusion à l’Algérie) des éruptions cutanées.

Comment cela?

C’est-à-dire qu’ils sont en plein désarroi. Ils ne comprennent pas ou ne veulent pas reconnaître cette belle réussite. Cette gêne les met hors d’eux. C’est stupide, parce que nous, nous invitons tout le monde et s’ils veulent venir à Dakhla, ils le peuvent. Ils seront même les bienvenus.

Une ouverture sur vos détracteurs?

Nous voulons que les gens de bonne foi, quelles que soient leurs idées et leurs orientations politiques, puissent venir à Dakhla, regarder, parler et s’exprimer de façon démocratique. Personne ne peut empêcher une plate-forme démocratique de se réunir, car nous sommes réellement une plate-forme démocratique.

Quelle sera la thématique de cette 3ème édition du Forum Crans Montana?

Ce sont les grands sujets de la coopération Sud-Sud et tous les sujets liés à la politique mise en œuvre par le Maroc vis-à-vis de l’Afrique subsaharienne qui conditionnent son développement et son intégration.

Combien de personnalités attendez-vous pour cette 3ème édition?

Je pense que nous aurons au moins autant que lors de la seconde édition: 2.000 participants, représentant plus de 150 Etats.

Des médias nationaux et internationaux?

Beaucoup. Plus de 500 journalistes étaient présents au 2ème Forum.

Qu’attendez-vous de cette 3ème édition?

La consécration du succès des développements durables.

Estimez-vous que Dakhla a beaucoup gagné de ce Forum?

Ce n’est pas à moi de le dire, on m’accuserait de prêcher pour ma paroisse. Mais je pense néanmoins que Dakhla a beaucoup gagné et nous avons contribué à faire en sorte que le monde soit beaucoup éveillé à la réalité de ce qui se passe dans cette région.

A votre avis, qu’est-ce qui fait que le voisin algérien ne voit pas d’un bon œil cette réussite du Forum de Dakhla et, partant, du Maroc?

Là, il y a mystère (rires). Depuis 42 ans et comme je le dis toujours, l’Algérie est le Qatar de la Méditerranée mais, malheureusement, il s’agit-là d’un Qatar qui n’a pas réussi.

Vous pensez que le Maroc qui, contrairement à l’Algérie, ne possède pas de pétrole, prospère et avance ?

Le Maroc ne figure pas parmi les pays riches. Mais c’est un pays qui est devenu riche, parce qu’il est bien géré et a un développement harmonieux; et parce que le progrès social s’y développe dans le respect d’une tradition. C’est très important dans un pays de l’islam. Je pense que cela fait beaucoup d’envieux, mais gouverner un pays, c’est aussi ouvrir ses fenêtres et ses portes au réalisme…

La 3ème édition du Forum de Crans Montana se tiendra à Dakhla après la COP22 à Marrakech et après le périple royal en Afrique. Quelle relation avec le Forum?

Nous sommes dans la ligne. Nous réunissons les pays sensibles au changement climatique et tout cela est dans la même ligne.

Quel regard portez-vous sur le Royaume?

Je dirais tout simplement que nous sommes dans un pays qui, dans les tempêtes, maintient toujours le cap. Un pays gouverné de manière paisible et modérée.

Et Dakhla?

Désormais, c’est une destination connue et très prisée localement et à l’international. Là où il y a la volonté, toutes les réussites sont permises. C’est le génie du Maroc qui a permis de développer Dakhla et ouvre une nouvelle page de la coopération africaine. La femme sahraouie et les jeunes y figurent en bonne place.

Le mot de la fin sur ce Forum 2017?

Ce Forum sera la confirmation de la position de Dakhla sur la carte du monde.

Interview réalisée par Mohammed Nafaa

Voir aussi

Evènements d’Al Hoceïma : Laftit s’explique sur la situation

A en croire le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, le gouvernement a répondu favorablement, jusqu’ici, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.