lundi 21 août 2017

Egalité hommes-femmes L’heure au bilan

Journee 8mars rabat 2014

La concrétisation de l’égalité des sexes est sur le point d’aboutir. Cependant, des défis de taille restent à dépasser. La révision du Code de la famille comme celle du Code pénal s’imposent. La société civile doit interpeller les gouvernements pour qu’ils respectent leurs engagements.

A l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la femme, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération et les Nations Unies au Maroc ont célébré (7 mars 2014) l’événement sous le thème de «l’égalité hommes-femmes, gage de progrès».

Une occasion de dresser le bilan des progrès réalisés en matière de promotion des droits des femmes, de mettre en œuvre les réformes adéquates, de mobiliser et sensibiliser les Marocaines et Marocains et d’interpeller le gouvernement pour qu’il respecte ses engagements en matière de protection des droits humains des femmes.

La question de la femme en bonne place

Ouvrant ce débat au siège du département des Affaires étrangères, Mbarka Bouaïda, ministre-déléguée auprès du ministre des AE et de la Coopération, a rappelé que le Maroc veille à ce que la question de la femme soit inscrite dans ses relations internationales, soulignant que le Royaume a entrepris des réformes majeures concrétisées dans le programme du gouvernement. Ces mesures sont renforcées par la place réservée à la femme, notamment dans le cadre de la régionalisation avancée. Le Maroc, a souligné la ministre, a adhéré à la Déclaration du Caire en faveur de l’égalité des sexes, rendant ainsi un vibrant hommage à la société civile et à la femme marocaine.

Pour une meilleure prise de conscience

Pour sa part, Bassima Hakkaoui, ministre de la Solidarité de la Femme, de la Famille et du Développement social, a souligné les progrès franchis dans le processus de la parité hommes-femmes. La femme, a précisé la ministre, a franchi de grandes étapes en matière de démocratie et d’économie. Hakkaoui a appelé à faire face à tout ce qui entrave l’édification et la consolidation des réformes. Elle a rappelé que la prise de conscience et sa mise en œuvre sont l’affaire de tous les citoyens qui doivent conjuguer leurs efforts, dans le cadre d’une réflexion commune, pour garantir un véritable élan de solidarité entre le gouvernement et la société civile. Car il s’agit de donner à la femme l’opportunité d’être partenaire à part entière.
Leila Rhiwi, représentante de l’ONU Femmes au Maghreb, a de son côté affirmé que l’organisation de cet événement confirmait la tradition de l’engagement résolu du Maroc en faveur du respect des droits de la femme, avec une Constitution (2011) avant-gardiste à tous les égards. Les progrès réalisés par le Maroc constituent un atout pour le rayonnement du Royaume sur la scène internationale.

Tirer les enseignements du passé

La représentante de l’ONU Femmes a conclu en appelant à tirer les enseignements du passé, renouveler l’approche pour mobiliser la volonté politique et clarifier l’engagement de tous, pour que les promesses faites aux femmes ne deviennent pas un éternel rendez-vous manqué. «Le Maroc a toujours joué un rôle central dans les négociations sur les questions liées au développement. De ce fait, il conserve une place prépondérante dans le développement de l’après 2015», a précisé Leila Rhiwi.

Egalité des chances et accès aux ressources

Durant toute une journée, les participants à ce colloque ont débattu, au sein de trois panels, des thèmes concernant la lutte contre les violences fondées sur le genre, l’égalité des chances et l’accès aux ressources et le leadership et la participation des femmes. Le débat s’est voulu serein en privilégiant la discussion. Les participants ont terminé leurs travaux en appelant à des actions concrètes visant à lutter contre les violences contre les femmes, à changer la perception, les comportements et surtout les mentalités et à assurer la sécurité et l’accès aux services et à la justice pour les femmes et les filles.

Mohammed Nafaa

Voir aussi

Evènements d’Al Hoceïma : Laftit s’explique sur la situation

A en croire le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, le gouvernement a répondu favorablement, jusqu’ici, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.