samedi 16 décembre 2017

Campagnes électorales : L’Intérieur garde l’œil grand ouvert sur le financement

Ministere de l interieur maroc

Le ministère de l’intérieur a fixé le seuil des dépenses électorales engagées par les candidats et candidates aux prochaines échéances électorales. Dorénavant, ceux qui bénéficieront de la contribution de l’Etat devront présenter factures et documents certifiés justifiant leurs dépenses au cours des campagnes électorales.

Le gouvernement a des raisons d’être satisfait. Et, en tête, le ministère de l’Intérieur. A presque trois mois des échéances électorales générales, communales et régionales, celui-ci a examiné et adopté en conseil de gouvernement (25 juin 2015) cinq projets de décret régissant les prochaines échéances électorales. Il répond ainsi à une campagne de dénigrement de l’opposition qui reprochait à la majorité de ne pas respecter le calendrier de l’arsenal juridique relatif aux élections, pressant le gouvernement de reporter les élections.
Le premier projet de décret, a annoncé le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, lors du point de presse hebdomadaire du jeudi 25 juin 2015, a trait à la contribution de l’Etat au financement des campagnes électorales menées par les différentes formations politiques en lice et les organisations syndicales qui participent à la très attendue élection des membres de la Chambre des conseillers.

Le deuxième projet de décret concerne les différentes formalités de financement étatique. Le troisième concerne les dépenses engagées par les candidats lors des campagnes électorales qui ne doivent pas dépasser le plafond de 300.000 DH pour chaque candidat pour l’élection des membres de la Chambre des conseillers, 150.000 DH pour l’élection des membres des conseils des régions, 50.000 DH pour l’élection des membres des conseils préfectoraux et 60.000 DH pour l’élection des membres des conseils des communes. Le quatrième projet de décret a trait à l’affichage électoral et les emplacements appropriés. Le cinquième projet de décret fixe «la forme et le contenu de la carte d’électeur pour l’élection des membres de la Chambre des conseillers», a expliqué Mustapha El Khalfi.
Les partis de l’opposition, nous a confié un député PJD, ont été pris de court. Ils voyaient avec soulagement le fait que le gouvernement pataugeait et peinait à mettre à jour le calendrier de l’arsenal juridique devant régir les échéances électorales. Mais voilà que la majorité sort son artillerie lourde bien peaufinée et suffisamment huilée pour l’organisation des prochaines élections générales, communales et régionales!
Le gouvernement a par ailleurs mis en place un projet qui engage les diverses formations politiques aux prochaines élections à prouver leurs dépenses (30 millions de centimes par candidat pour la campagne électorale des membres de la Chambre des conseillers, 15 millions de centimes pour les régions et 6 millions de centimes pour les collectivités) par le truchement de factures ou de documents certifiés, accompagnés de déclarations certifiées par les chefs des formations politiques.

Mohammed Nafaa

Voir aussi

PAM : Ilyas El Omari maintenu aux commandes…

Le Conseil national du Parti Authenticité et Modernité (PAM) a décidé, au terme de sa …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.