dimanche 22 octobre 2017

Bilan d’étape de Benkirane : «Le Gouvernement qui porte la cloche au cou»

Benkirane presente bilan etape juillet 2014 parlement maroc

C’est devant les parlementaires des deux Chambres, réunis lors d’une soirée de Ramadan, que le chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane, a dressé son bilan d’étape.

En effet, le chef du gouvernement a décidé, conformément au premier alinéa de l’article 101 de la Constitution, d’exposer et de défendre le bilan mi-mandat de son gouvernement.
Pendant une heure et demie, mardi 8 juillet, Abdelilah Benkirane s’est attelé à souligner les principales réalisations de son gouvernement, plus particulièrement ce qui a trait aux couches sociales les plus déshéritées.

Une conjoncture particulière

Il a tenu à rappeler dans la foulée, lors de ce bilan de mi-parcours, la conjoncture difficile dans laquelle le gouvernement a évolué et les efforts qu’il a déployés au cœur du «printemps arabe». Selon lui, c’était des efforts pour limiter les effets négatifs de ce bouleversement de société, instaurer la stabilité politique et consolider les vœux d’accélérer le train des réformes. Et ce, malgré le fait que certains aient nié au nouveau gouvernement sa capacité de reprendre l’initiative afin de remettre sur les rails la confiance dans la réforme, dans le cadre de la stabilité.
Volet cause nationale, le chef de gouvernement a rappelé les événements douloureux de Gdim Izik (2010), résultats objectifs de l’échec du traitement des dysfonctionnements exploités par les ennemis de la cause nationale pour discréditer le projet marocain d’autonomie.

Renforcer la confiance

«Nous considérons, a dit Abdelilah Benkirane, que l’une des plus importantes réalisations gouvernementales est la participation à l’effort de faire sortir notre pays d’une étape politique et économique délicate à une nouvelle étape qui a vu la consécration du renforcement de la confiance et de l’intérêt du citoyen, ainsi que de la gestion de la chose publique».
«Notre pays se trouve au cœur d’une réelle dynamique de réformes structurelles et de chantiers de développement», a encore dit le chef de gouvernement. Il a cité les secteurs de la justice, des finances publiques et du système monétaire, la Caisse de compensation, le régime des retraites, la santé, l’enseignement, l’habitat, la communication, la société civile et les droits de l’homme.

Une première au Maroc…

Les élections prochaines ont eu une place de choix dans l’exposé du bilan d’étape de Benkirane. Le chef de gouvernement s’est enorgueilli des efforts du gouvernement qui ont donné naissance à un plan législatif intégré. Une première et une source de fierté, a-t-il précisé. Et de rappeler que, sur 16 lois organiques prévues dans ce plan législatif, six projets de lois organiques ont été adoptés et 4 sont en cours d’adoption.
Autre source de fierté pour le chef de gouvernement: pour la première fois au Maroc, les préparatifs pour les prochaines élections électorales ont démarré un an avant la date de leur lancement, «élection que nous voulons transparentes », a-t-il précisé. Et de souligner: «Tout cela est supervisé par le chef de gouvernement et le ministre de l’Intérieur avec lequel nous travaillons en parfaite harmonie».
Voyant que personne ne s’est manifesté sur un sujet aussi délicat et qui a fait couler beaucoup d’encre, Benkirane a nargué l’Hémicycle: «C’est une nouveauté qui mérite que le parlement se lève pour la saluer et au lieu de se contenter d’applaudir. N’était-ce pas un vœu pieux du parlement ou alors le chef du gouvernement ne vous plaît-il pas?». Le Maroc avance, relève Benkirane, s’agissant des droits de l’homme. Et de lancer: «Nous ne craignons plus les visites des institutions internationales spécialisées».

Rien n’a échappé au bilan

En effet, tous les chantiers du gouvernement ont trouvé place dans le bilan d’étape du chef de gouvernement, comme ceux pour rendre sa crédibilité au secteur public, les nominations aux hauts postes de responsabilité qui mettent fin à l’embauche directe, ou encore pour mettre fin au cumul dans l’école publique, le secteur privé, la santé…

Eliminer tout dysfonctionnement

Volet économique, Benkirane a reconnu: «Notre pays a réussi à mettre fin à la tendance négative au niveau de la finance publique et des équilibres extérieurs. Nous avons ainsi réussi à baisser le déficit du budget d’environ deux points du produit intérieur brut (PIB), de 7,3% en 2012 et 5,5% en 2013. Le gouvernement continuera de tout faire pour maîtriser davantage le déficit budgétaire».
Ce gouvernement, a dit fièrement Abdelilah Benkirane, est venu pour éliminer les dysfonctionnements chroniques. «Nous ne prétendons pas avoir réussi partout, mais nous n’avons aucun complexe à reconnaître les réalisations positives faites par les précédents gouvernements, a-t-il souligné, qualifiant l’actuel gouvernement de ”gouvernement qui porte la cloche au cou”». Pour rappel, la cloche au cou est portée par la brebis qui est placée en tête du troupeau pour le diriger…
Et de conclure: «Notre bilan est rassurant».

Mohammed Nafaa

Voir aussi

Terrorisme : La stratégie du Maroc, différente de celle d’Alger

C’est grâce à son  climat de stabilité que le Maroc a réussi à se placer …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.