mardi 25 avril 2017

Benkirane, à propos des concertations pour le nouveau gouvernement : «Je reste optimiste»

Le chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane, est revenu à l’affiche. A deux reprises, lors d’une réunion interne des jeunes (Chabiba) de son parti, il a annoncé: «Je n’attends que le retour de SM le Roi pour lui présenter le nouveau gouvernement, au cas où il serait formé. Sinon, je lui annoncerai que je n’ai pas réussi». Il a dit la même chose devant le syndicat proche du parti, l’UNMT.

Et, encore une fois, le lundi 20 février 2017, Benkirane s’est exprimé sur le sujet. L’occasion propice lui a été donnée par le 2ème Forum Parlementaire International sur la justice sociale. Ici, le chef de gouvernement a saisi l’occasion pour dénoncer des propos qui lui auraient été attribués par certains médias.

En quittant l’Hémicycle, il a confié à la presse, s’agissant des concertations pour la formation du gouvernement: «Ni Aziz Akhannouch, ni Mohand Laenser ne m’ont encore répondu: ni par un oui, ni par un non. J’attends et demeure optimiste (atafaalou khayrane)». «Bien entendu, a-t-il expliqué, j’ai dit un mot et je tiens à l’éclaircir, parce que certains malintentionnés et sans pudeur l’ont exploité de façon malsaine». «Ce que j’ai dit en fait, a tenu à préciser Benkirane, c’est que, devant le calibre que le Maroc a atteint, grâce à SM le Roi Mohammed VI, principalement avec ses périples en Afrique et cette action grandiose qu’est le retour du Maroc à l’Union Africaine et au continent Africain, ainsi que ce rayonnement, nous demeurons, nous partis politiques, dans ce Maroc, dans l’incapacité de former le gouvernement. Nous nous devons de revenir à la démocratie, d’en faire usage entre nous, de travailler et, s’il y a problème, de le traiter à l’avenir».

Une source proche de Benkirane nous a confié que celui-ci reste ouvert à l’hypothèse de former un gouvernement avec le RNI et l’UC, sans l’USFP, pour l’instant, mais qui pourrait rejoindre le gouvernement à l’avenir, dans le cadre d’un éventuel remaniement ministériel.

Mohammed Nafaa

Voir aussi

Les Marocains chrétiens sortent de la clandestinité

Ils se plaignent auprès du CNDH et veulent une vie religieuse comme tout le monde …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.