dimanche 17 décembre 2017

SOS Hépatites Maroc : ce qu’il faut savoir

Conference hepatite maroc 2014

Dans le cadre de la célébration de la Journée nationale des hépatites, l’association SOS Hépatites Maroc a organisé une Journée de sensibilisation, lundi 1er décembre 2014, au siège de l’association situé au Centre social Omar Ibn Khattib de Derb Soltane. Présidée par le Pr. Driss Jamil, cette rencontre était l’occasion de revenir sur l’impact humain de cette maladie sur le patient, surtout quand on sait que ce fléau touche 3 millions de Marocains. L’hépatite est une inflammation des cellules du foie. Cette maladie silencieuse peut évoluer spontanément vers la guérison ou progresser vers la fibrose (cicatrisation), la cirrhose ou le cancer du foie. Les virus de l’hépatite sont la cause la plus courante dans le monde, mais d’autres infections, des substances toxiques (comme l’alcool ou certaines drogues) et des maladies auto-immunes peuvent aussi être à l’origine de cas d’hépatite. L’hépatite virale s’attrape de différentes manières en fonction du type de virus. Pour ce qui est des hépatites B et C qui prédominent au Maroc et qui sont quelque peu différentes. Quels en sont les modes de transmission ? Pour l’Hépatite B, la contamination se fait surtout par voie sexuelle, mais également par voie sanguine (transfusion non conforme aux normes, aiguilles contaminées notamment chez les toxicomanes ou lors de tatouages, de piercing…) et plus rarement de la mère à l’enfant lors de l’accouchement (ce mode de contamination est à l’inverse majeur dans les pays économiquement défavorisés). Le virus de l’hépatite B est beaucoup plus contagieux que celui du sida ou de l’hépatite C.

Le virus de l’hépatite C, lui, se transmet principalement par le sang, par exemple lors d’une transfusion non conforme aux normes, de l’usage de drogues par voie intraveineuse ou en cas de réalisation d’actes médicaux ou autres dans de mauvaises conditions d’hygiène (endoscopie, acupuncture, mésothérapie, tatouage, piercing, rasoirs…). Il y a également un faible risque de transmission de la mère contaminée à l’enfant lors de l’accouchement. Enfin, le risque de transmission par voie sexuelle est faible. L’hépatite, à travers ses différents types (A, B, C…), touche 500 millions de personnes à travers le monde, soit 10 fois plus que le nombre de personnes infectées par le VIH/sida. D’ailleurs, 1,5 millions de personnes décèdent chaque année suite aux hépatites A et B. Au Maroc, 3 millions de personnes souffrent d’hépatite, le plus souvent B et C. Ces deux hépatites sont considérées comme un problème urgent de santé par 80% des 135 pays sondés dans une étude de l’OMS.

Bouchra Elkhadir

Voir aussi

Société Ivoirienne de Banque : La «Bourse connect» lancée

La Société de gestion et d’intermédiation africaine de Bourse (SGI-AB), filiale de la Société Ivoirienne …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.