jeudi 23 novembre 2017

Maroc/Santé : Louardi expose sa stratégie nationale

En présentant la stratégie nationale de la Santé, le ministre Lahoucine Louardi n’a pas caché sa satisfaction quant à l’avancée notoire de la réduction de la mortalité maternelle.

Lahoucine Louardi, fidèle à lui-même, n’a pas mis de gants pour exposer, devant les médias nationaux, lors de sa première sortie médiatique au cours de son second mandat gouvernemental, la stratégie nationale 2017-2021 de son département en matière de santé publique. D’emblée, il a avancé que les Marocains n’ont pas senti (pour ne pas dire sont passés à côté de) la qualité des services et autres prestations sanitaires. Il en a donné pour exemple, non sans fierté, la grande avancée réalisée par le ministère de la Santé en matière de réduction de la mortalité maternelle au Maroc.

Net recul de la mortalité maternelle

En effet, la mortalité maternelle au Royaume est en net recul. Cette réduction, a précisé le ministre, est remarquable du fait qu’elle est de 72,6 décès maternels pour 100.000 naissances vivantes. Un chiffre encourageant puisqu’en 2010, il était de 112 décès maternels sur 100.000 naissances vivantes.

6ème enquête nationale

Le ministère de la Santé, a fait savoir Lahoucine Louardi, a lancé, en coordination avec le Haut-Commissariat au Plan, l’Organisation mondiale de la santé, l’UNICEF, UNFPA et la Ligues des Etats Arabes, la 6ème enquête nationale sur la population et la santé familiale 2017, dont «les résultats  ont été marqués par la réévaluation du niveau de la mortalité maternelle à l’échelle nationale». Ainsi, l’enquête, effectuée sur un échantillon de 121.715 ménages à travers les 12 régions du Royaume et les deux milieux urbain et rural, a montré une réduction importante du taux de mortalité maternelle au Maroc.

Evolution favorable

Ces efforts louables, a reconnu le ministre Louardi, sont l’apanage de la grande famille du secteur de la santé, dont le corps des infirmiers, sans oublier, bien sûr, les autres acteurs du secteur. Cette évolution favorable atteste clairement que le Maroc a accompli des progrès notables en matière d’amélioration de la santé maternelle, en plus du fait qu’il a honoré ses engagements, envers la communauté internationale, en rapport avec le 5ème Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD) fixé pour 2015.

Couverture sanitaire indispensable

Persuadé que la construction des hôpitaux et leur  équipement restent incomplets en l’absence d’une couverture sanitaire globale, le ministre de la Santé a promis de doter chaque hôpital régional ou provincial d’un IRM et d’un scanner. Fier de son appartenance au corps de la santé, il n’a cessé de répéter qu’il est urgentiste et est à l’écoute des citoyens. Aussi a-t-il promis de répondre favorablement à leurs doléances somme toute légitimes et dont tous les Marocains parlent. Il s’agit d’améliorer l’accès aux soins et d’intervenir de près pour réduire les délais des rendez-vous des patients avec les médecins. La correction de ces carences implique, pour le ministre, l’amélioration du quotidien du citoyen qui est parfois contraint d’attendre longtemps pour voir son médecin.

14 nouveaux hôpitaux

Dans le cadre de la Stratégie nationale de la santé 2017-2021, le ministre Louardi a annoncé l’ouverture prochaine de 14 nouveaux hôpitaux bien équipés. En outre, il a promis de sortir le Code général de la santé au Maroc et d’augmenter le nombre des bénéficiaires des services sanitaires, dont le nombre devrait passer de 10 millions à 13 millions à l’horizon 2021.

Quant au monde rural, c’est une priorité pour le ministre de la Santé, du fait qu’il souffre d’un déficit d’équipements et, surtout, de ressources humaines. Ainsi, les régions rurales seront dotées d’unités sanitaires mobiles. Pour ce faire, Louardi a annoncé l’achat de 100 nouvelles ambulances super équipées.

Budget insuffisant

Le ministre de la Santé n’a pas caché sa déception quant au budget alloué à son département, à savoir 14,3 MMDH, soit une augmentation de 0,1% par rapport à 2016. Il a, en outre, déploré le déficit des ressources humaines, la colonne vertébrale de tout changement, surtout quand on connaît le manque terrible de médecins et d’infirmiers. Et de lancer ce chiffre qui résume tout. Le ministère de la santé, a-t-il dit non sans amertume, n’a eu droit pour l’année 2017 qu’à 1.500 postes budgétaires, alors que la moyenne est 2.000. Louardi s’est alors référé à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). «L’OMS, a-t-il précisé, considère que tout pays qui aspire à faire des avancées dans le domaine de la santé doit consacrer 12% de son budget général au secteur de la santé». Pour dépasser ce déficit de taille, le ministre a évoqué la possibilité de revenir sur la mesure du service sanitaire dans les régions éloignées qui, on s’en souvient, avait provoqué un débat houleux, accompagné de manifestations d’étudiants médecins.

Louardi a également déploré le fait que le Parlement n’ait pas adopté le projet de couverture sanitaire des indépendants qui intéresse près de 10 millions d’artisans indépendants. Il a annoncé que huit lois sont actuellement déposées au Parlement et a promis qu’il essaiera de les défendre pour les faire adopter.

Le Marocain, a dit le ministre de la Santé, dépensait 390 à 400 DH par an en médicaments. Aujourd’hui, compte tenu de la baisse du prix des médicaments, qui a impliqué une hausse de la consommation, la dépense se chiffre à 415 DH par an en moyenne. «Notre objectif, a conclu le ministre, est de parvenir à l’instauration d’une gouvernance de l’aide sanitaire».

Mohammed Nafaa

Voir aussi

Inwi : Les métiers d’avenir présentés aux jeunes

Quelles filières de formation choisir? Quels métiers exercer? Quelles compétences faut-il acquérir et quelles attitudes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.