samedi 24 juin 2017

La petite Nada, enlevée en Espagne, retrouvée en Bolivie !

Nada espagne golivie

Après sept mois d’enquête, Nada est enfin libre. Agée à peine de 10 ans, la petite Marocaine a été enlevée, violée et séquestrée dans un petit village amazonien.

Chapeau à la Guardia Civil espagnole et à la police bolivienne qui ont libéré une fillette marocaine kidnappée et ont ainsi élucidé le mystère d’une histoire qu’on peut presque penser tirée de l’imagination.
Le 8 mars, Nada a finalement vu la fin d’un calvaire de 7 mois, dans la jungle amazonienne, infligé par un bolivien nommé Grover Morales. Une note d’information de l’ambassade d’Espagne au Maroc a précisé: «La Guardia Civil, les Mossos d’Esquadra (la police catalane) et les autorités policières et judiciaires de la Bolivie ont achevé une enquête qui a abouti à la libération, dans un petit village amazonien de la province du Chapare, d’une fille de 10 ans, de nationalité marocaine et vivant en Espagne depuis 2008».

Selon les informations fournies par la même source, la fille s’est rendue en voyage en Bolivie, en août 2013, pour passer ses vacances en compagnie d’un voisin de la famille résidant à l’Hospitalet de Llobregat (Barcelone) et en qui les parents avaient confiance. Depuis lors, elle avait disparu, ainsi que la personne avec laquelle elle se trouvait. Une enquête a été diligentée par les autorités espagnoles suite à la plainte des parents contre ledit Bolivien.
«Les premières démarches des enquêteurs ont démontré qu’effectivement les parents en question lui avaient accordé leur autorisation pour emmener leur fille avec lui en Bolivie. Mais les contacts entre ce kidnappeur et la famille marocaine se sont vite rompus», a affirmé le communiqué de l’ambassade d’Espagne au Maroc. Et d’ajouter que l’enquête a mis en relief le fait que «le suspect avait utilisé une fausse identité en Espagne», qu’il avait des antécédents judiciaires dans son pays et qu’il «appartenait à un groupe religieux bolivien dénommé Association évangélique de la mission israélite du nouveau pacte universel (AEMINPU)». Ces premiers éléments d’enquête ont poussé la Guardia Civil à envoyer une équipe spéciale en Bolivie.
Au début du mois de mars, les enquêteurs ont pu localiser le kidnappeur grâce à une communication téléphonique avec l’une de ses connaissances. La Bolivie a autorisé les enquêteurs à utiliser l’hélicoptère pour libérer la fille en question, car la zone où elle était séquestrée était difficilement accessible. Après son arrestation, le ravisseur a catégoriquement nié avoir enlevé la petite Nada en précisant qu’il avait obtenu l’aval de sa famille avant de l’avoir emmenée en vacances en Bolivie. Mais la Guardia Civil disposait d’éléments concrets qui contestaient ses déclarations: avant de quitter le territoire espagnol en août 2013, le ravisseur a clôturé son compte bancaire et offert son matériel de maçon à l’un de ses amis. Il a aussi acheté deux billets d’avion «aller simple», ce qui signifie qu’il n’avait pas l’intention de retourner en Espagne. Selon l’agence espagnole EFE, Nada a été agressée sexuellement par son kidnappeur et vivait dans des conditions difficiles, mais «elle a pu survivre grâce à son intelligence et à sa capacité d’adaptation».
Si l’on est soulagé en apprenant que la petite Nada est sauvée et qu’elle est revenue à ses parents, cela n’empêche pas de poser quelques questions: «Comment des parents peuvent-ils être aussi ”naïfs” en confiant leur enfant à un étranger, même s’il est un ”ami”?». Le capitaine Montero (agents de la Guardia Civil) a affirmé à ce propos que Nada, en dépit de son jeune âge, a surpris les enquêteurs par son intelligence. Elle a relaté avec précision toutes les étapes et les lieux qu’elle a fréquentés depuis qu’elle a quitté l’Espagne en août 2013. La justice espagnole a envoyé, selon le capitaine Montero, une commission rogatoire pour auditionner le ravisseur. Mais les autorités boliviennes n’ont pas encore répondu favorablement à cette requête.

Les tenants et aboutissants…

Deux agents de la Guardia Civil, qui ont pris part à cette opération, le capitaine Pablo Montero, membre de l’Unité centrale opérationnelle, service de police judiciaire de la Guardia Civil et le lieutenant Diego Ramilo, membre de la même unité, ont donné des explications à ce sujet, lors d’une conférence de presse organisée à l’ambassade d’Espagne à Rabat. Une première: le capitaine Montero a déclaré que «c’est la première fois que les autorités boliviennes acceptent que la police d’un pays tiers mène une enquête sur leur territoire national». L’enquête s’est focalisée sur la personnalité de Grover Morales en Espagne et de son entourage. Après quoi, les autorités espagnoles ont adressé une demande aux autorités boliviennes pour permettre aux agents de la Guardia Civil de mener l’enquête en Bolivie. Même si le capitaine Montero a affirmé que la famille marocaine a été dupée par Grover Morales, le complément d’enquête, aussi bien en Espagne qu’en Bolivie, allait sûrement éclairer les zones d’ombre. Comment une famille peut-elle confier sa fille de 10 ans à un étranger, même s’il est un «ami» et comment permet-elle à un étranger d’emmener l’enfant dans un pays aussi lointain que la Bolivie? Quelles sont les raisons qui ont poussé le ravisseur à kidnapper la petite? Entendait-il se marier avec une fillette de 10 ans comme il l’a prétendu lors de son arrestation?

Les antécédents du ravisseur

Les éléments d’information que les enquêteurs espagnols ont collectés en compagnie de leurs homologues boliviens ont permis de dresser le profil du kidnappeur. Selon le capitaine Montero, Grover Morales avait, avant son émigration vers l’Espagne, violé ses deux sœurs. Il avait été emprisonné en Bolivie pour ce crime. Mais sous la pression de sa mère, ses deux sœurs se sont rétractées et Grover Morales a pu ainsi sortir de prison. Après quoi, il a été expulsé de son village natal, a changé de nom et d’identité et immigré en Espagne où il a travaillé comme maçon… Le capitaine Montero a précisé que Grover Morales a changé, avec la complicité de sa mère, l’identité de Nada en la faisant passer pour sa nièce.

Bouchra Elkhadir

Voir aussi

Casablanca : Un nouvel effondrement à Garage Allal

Le secteur de la construction a été sinistré par un nouvel effondrement. Deux enfants ont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.