lundi 23 octobre 2017

Yémen : Escalade verbale et internationalisation

John kerry

Les Etats-Unis ont dénoncé le soutien apporté aux rebelles chiites yéménites par l’Iran qui, de son côté a enjoint l’Arabie Saoudite, à la tête d’une coalition militaire anti-insurgés, de cesser ses «actes criminels» au Yémen.
Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a affirmé sans détour que son pays savait que l’Iran armait les rebelles chiites Houthis ayant pris la capitale Sanaa et de vastes régions du Yémen avant de déferler vers le sud. «L’Iran doit savoir que les Etats-Unis ne resteront pas les bras croisés alors que la région est déstabilisée et que des gens lancent une guerre ouverte à travers les frontières internationales des autres pays», a déclaré M. Kerry.
Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, s’en est pris pour sa part à l’Arabie Saoudite et aux frappes de sa coalition.

Il a demandé l’arrêt de ces «actes criminels», qualifiant l’opération d’«inacceptable». Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a de son côté réitéré, jeudi 9 avril, ses appels à la négociation, mettant en garde contre les «répercussions régionales profondes et durables» du conflit.
«Il faut un retour à des négociations politiques», a affirmé M. Ban, dont l’envoyé spécial, Jamal Benomar, a tenté en vain une médiation.

Patrice Zehr

Voir aussi

Irak : Toujours le terrorisme

La fin de la guerre programmée n’est pas la fin du terrorisme de Daech. La …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.