vendredi 20 octobre 2017

Palestine: la France vers une reconnaissance ambiguë

Hollande et abbas

Le sujet a fini par entrer au Palais Bourbon. Le 28 novembre, la session de l’Assemblée nationale était consacrée au débat sur la reconnaissance de l’Etat palestinien. Le vote sur la proposition de résolution socialiste, qui «invite le gouvernement à reconnaître l’Etat de Palestine en vue d’obtenir un règlement définitif du conflit», est prévu 2 décembre. Le texte a été adopté, mais sans le soutien de la majorité. Le 11 décembre, le Sénat examinera un texte identique.
Toutefois, l’adoption de ces textes ne vaudra pas reconnaissance de l’Etat palestinien par la France. Purement symboliques, ces résolutions sont non-contraignantes pour le gouvernement qui se réserve de choisir le moment opportun pour procéder à la reconnaissance. «Une position tenue par la France depuis les années 1980», commentait en octobre dernier Taoufiq Tahani, président de l’association France-Palestine-Solidarité.

Si c’est un Etat sur le papier mais qui n’existe pas en fait, ça ne va rien donner aux Palestiniens», a fait valoir, mardi 25 novembre, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Ailleurs en Europe, la Suède a reconnu la Palestine le mois dernier. Des votes non-contraignants ont eu lieu au Royaume-Uni, en Espagne et en Irlande. De symbole en symbole, l’idée fait son chemin.

Patrice Zehr

Voir aussi

Terrorisme islamiste et auberge catalane

C’est une erreur d’analyse aux graves conséquences que de lier les terroristes «marocains» des ramblas …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.