vendredi 19 octobre 2018

Nigeria : le géant aux pieds d’argile

Comme le souligne France Diplomatie, le Nigeria exerce une influence importante sur son environnement régional, grâce à son poids démographique et l’importance de sa diaspora (estimée à 17 millions de personnes), sans oublier la puissance financière de ses banques et le rayonnement de sa production audiovisuelle. «La France a toujours eu une coopération culturelle importante avec le Nigeria», explique Ibrahim Tcha-Tchere, employé du Centre culturel français puis de l’Alliance Française depuis 1983.

«L’idée est de montrer la richesse et la diversité des cultures africaines, explique Olivier Laouchez, PDG du groupe TRACE, chaînes musicales. L’Europe ne connaît pas l’Afrique, en tout cas, pas sa dimension culturelle». «Le Shrine, c’est un lieu incontournable et l’Elysée veut une politique africaine jeune, tournée davantage sur les pays anglophones», explique-t-il à l’AFP.

Durant sa campagne, Emmanuel Macron avait dit vouloir encourager durant son mandat le rapprochement de la France avec les pays africains. En novembre, décidé à redresser l’image et l’influence françaises en Afrique, il avait effectué une première longue tournée sur le continent. «C’est sa volonté, il veut montrer qu’il appartient à une nouvelle génération, éloignée du passé colonial. Il veut sortir de cette image négative de colonisateur qu’a pu avoir la France», expliquait alors au HuffPost François Gaulme, chercheur associé à l’Ifri et spécialiste de l’Afrique.

Mardi 3 juillet, le président de la République a d’ailleurs repartagé sur Twitter une vidéo publiée en décembre 2017, dans laquelle il explique que son séjour au Nigeria -son premier en Afrique, alors qu’il avait 23 ans-, «a changé [sa] vision de l’Afrique et de sa jeunesse».

Macron au Nigeria: communication  en boîte de nuit

Un choix étonnant et symbolique à la fois. Le Shrine, salle de concert historique de Lagos, fondée par le roi nigérian de l’afrobeat, Fela Kuti, est davantage réputé pour ses effluves de marijuana, ses danseuses en transe et ses artistes engagés, que pour recevoir des délégations diplomatiques. C’est pourtant dans ce lieu emblématique de la culture musicale nigériane qu’Emmanuel Macron devait annoncer, ce mardi 3 juillet au soir, l’organisation de la Saison des cultures africaines qui se tiendra en France en 2020.

Pour cette nouvelle tournée en Afrique, qui l’a d’abord porté à Nouakchott (Mauritanie) pour le sommet de l’Union africaine, puis à Abuja, capitale fédérale du Nigeria où il devait rencontrer son homologue Muhammadu Buhari pour parler sécurité, terrorisme et G5 Sahel, le président français était attendu à Lagos, mégalopole vibrante de 20 millions d’habitants.

Il y a passé sans doute une nouvelle nuit blanche, mais pour rencontrer cette fois un autre type d’homologue: l’esprit de Fela, celui que tout le monde surnommait «le black president». Au-delà du Shrine, le choix du Nigeria pour la visite du président français n’est pas anodin. Ce pays est l’un des plus importants contributeurs de troupes aux Opérations de maintien de la paix (OMP) des Nations Unies. Le pays participe actuellement à 9 des 14 opérations en cours et, en 2013, il a été parmi les premiers Etats africains à déployer des troupes au Mali au profit de la Misma (Mission internationale de soutien au Mali, sous conduite africaine, 1.200 hommes), dont il assurait le commandement.

Patrice Zehr

Voir aussi

Rohingyas : un an après

Des dizaines de milliers de réfugiés Rohingyas ont manifesté, samedi 1er septembre, dans les immenses …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.