jeudi 23 novembre 2017

Kurdes syriens

Le Rojava, «l’ouest» en kurde, ou Kurdistan occidental, est une région de facto autonome qui se situe au Moyen-Orient et se trouve dans le nord et le nord-est de la Syrie. Le 17 mars 2016, les Kurdes de Syrie proclament une entité «fédérale démocratique» dans les zones contrôlées et qui comprennent notamment les trois «cantons» kurdes d’Afrine, de Kobané et de la Djézireh, dans ce qui était jusqu’à présent une zone d’«administration autonome». Cette entité est également dénommée Rojava-Syrie du Nord. Dans sa Constitution de décembre 2016, son nom officiel est celui de Système fédéral démocratique de Syrie du Nord, en kurde: Sîstema Federaliya Demokratîka Bakûrê Sûriyê. Cette déclaration a été faite à Rmeilane par le Parti de l’union démocratique (PYD), en présence d’autres partis kurdes, arabes, assyriens…

Depuis 2012, la majorité du Kurdistan syrien est contrôlée par des milices kurdes. En novembre 2013, des représentants kurdes, arabes, assyriens et d’autres minorités plus petites ont déclaré un gouvernement de facto dans la région. Deux millions de Kurdes vivent sur ce territoire.

Le terme est employé par certains mouvements nationalistes kurdes pour désigner une zone géographique, historiquement peuplée par les Kurdes et incluse dans l’Etat syrien par les autorités françaises après la Première Guerre mondiale.

En effet, par l’accord franco-turc du 20 octobre 1921, la France avait annexé à la Syrie, placée sous son mandat, les provinces kurdes de la Djézireh et de Kurd-Dagh.

Les populations kurdes occupent le long de la frontière turque trois zones étroites séparées. Il s’agit des régions d’Afrin, de Kobane et de Kameshli; raison pour laquelle certains auteurs ne parlent pas d’un «Kurdistan syrien», mais plutôt de «régions kurdes de Syrie». Les trois enclaves kurdes constituent néanmoins la continuation naturelle des territoires kurdes de Turquie et d’Irak.

Patrice Zehr

Voir aussi

Unesco : Les conséquences du retrait américain

La sentence de Richard Haass, directeur du think-tank Council on Foreign Relations, n’a guère tardé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.