samedi 27 mai 2017

Kurdes : La stratégie turque contestée

Les forces turques ont lancé, mardi 25 avril et mercredi 26 avril, une nouvelle offensive contre les combattants kurdes en Syrie et en Irak. Au sol, les forces turques ont tiré, à l’artillerie lourde et au mortier, sur les positions des Unités de protection du peuple kurde(YPG), à l’ouest de la localité syrienne de Darbasiyah, tandis que les combattants kurdes ont lancé des roquettes sur les avant-postes de l’armée turque, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Les YPG sont la principale composante des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes luttant contre Daech en Syrie et soutenus par les Etats-Unis. La Turquie qualifie les YPG de groupe «terroriste», en raison de leurs liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK, séparatistes kurdes turcs) et fait pression sur les Etats-Unis pour les écarter de la lutte contre les djihadistes et de l’offensive contre Rakka. Le Pentagone a reproché à Ankara, mercredi 26 avril, de ne pas l’avoir averti suffisamment à l’avance: «La notification est intervenue moins d’une heure avant les frappes, ce n’est pas suffisant», a déclaré le porte-parole de la coalition contre Daech, le colonel américain John Dorrian. «C’était une notification, certainement pas une coordination, comme on est en droit de l’attendre de la part d’un partenaire et d’un allié dans la lutte contre l’EI».

Les forces américaines opéraient à moins de dix kilomètres du lieu des frappes turques, dans le nord de l’Irak où un «nombre important» de combattants peshmergas a également été tué, a précisé le militaire.

A Moscou, le ministère russe des Affaires étrangères a jugé «inacceptables» les frappes turques, affirmant qu’elles «suscitent la plus grande inquiétude à Moscou». Les frappes turques ont visé «les forces kurdes qui, en réalité, s’opposent aux groupes terroristes sur le terrain et en premier lieu à l’EI», a ajouté le ministère dans un communiqué, appelant toutes les parties à la retenue.

Patrice Zehr

Voir aussi

Syrie : Les fronts bougent

L’armée du régime syrien va profiter de la suspension des hostilités dans l’ouest du pays …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.