lundi 12 novembre 2018

GBCP : 2017 sous le signe de la performance et la profitabilité

En 2017, la Banque Centrale Populaire (BCP) a réalisé un résultat net part du groupe (RNPG) de 2,8 MMDH, en hausse de 7,5% par rapport à l’année précédente.

En effet, au terme de l’année 2017, le Groupe BCP réaffirme sa position de leader  en affichant une progression de ses principaux indicateurs financiers, tout en confirmant l’amélioration de sa profitabilité. C’est ce qui ressort de la présentation des résultats financiers pour l’exercice 2017, présentés à Casablanca.

Dans ce cadre, le PDG du Groupe, Mohamed Benchaaboun, a souligné, lors d’une conférence organisée dans ce sens, que le résultat net consolidé s’est amélioré de 12,3% à 3,4 MMDH. Porté par le dynamisme économique du groupe, le produit net bancaire consolidé a cru de 4,5%, grâce notamment à la croissance des activités des filiales spécialisées et internationales, a-t-il précisé.

Leadership affirmé au Maroc

Consolidant son leadership et affichant des performances économiques renouvelées, le groupe illustre ainsi la consistance de sa trajectoire stratégique et la robustesse de ses fondamentaux. Des éléments qui ont fait qu’au titre de l’année 2017, la banque au Maroc a, selon Benchaaboun, réaffirmé son rôle moteur dans la collecte de l’épargne nationale, en maintenant sa position de leader avec 26,3% de part de marché sur les dépôts, au terme d’une collecte additionnelle de plus de 12 MMDH auprès des particuliers résidents et Marocains du Monde.

La banque améliore ainsi son positionnement sur ces deux segments, respectivement de 14 points de base pour les particuliers résidents, portant sa part de marché à 22,4% des dépôts; et de 54 points de base pour les Marocains du Monde, portant sa part de marché à 51,8%. Par ailleurs, la banque continue d’améliorer sensiblement la structure de ses ressources avec 66,1% de dépôts non rémunérés.

Affirmant son engagement pour le financement de l’économie nationale, le groupe réalise une distribution de plus de 8,5 milliards de dirhams de crédits au titre de l’exercice 2017. Il améliore ainsi son positionnement de 19 points de base, ainsi que sa part de marché des crédits distribués qui a été portée à près de 24%.

En outre, le Groupe renouvelle ses performances commerciales et affiche une croissance de près de 16% de la marge sur commissions de la banque au Maroc, ainsi qu’une progression du portefeuille clients de près de 6% à plus de 5,8 millions de clients.

Au niveau des comptes sociaux, la Banque Centrale Populaire affiche, au titre de l’année 2017, une progression de 10% de son résultat net à 2,2 milliards de dirhams, malgré une provision additionnelle pour risques généraux de 955 MDH, a aussi fait savoir le PDG.

Dynamique soutenue des filiales au Maroc

Véritable relais de croissance du groupe, les filiales au Maroc poursuivent leur développement et affichent une augmentation de 7,3% de leur produit net bancaire. En effet, a souligné Mohamed Benchaaboun, dans la droite ligne de la stratégie «Elan 2020», le groupe étoffe, à travers ses filiales spécialisées, son offre de valeur à destination de ses clients, afin d’accompagner le développement de l’économie marocaine et la sophistication des besoins des entreprises nationales. Ainsi, les filiales de la Banque de Financement et d’Investissement affichent une croissance à deux chiffres de leur produit net bancaire, de près de 14%.

Et accélération à l’international

A l’International, Benchaaboun a noté que les filiales de la Banque confirment une trajectoire de développement soutenue, affichant notamment une nette progression de l’ensemble de leurs agrégats financiers. Ainsi, a-t-il relevé, l’évolution du produit net bancaire, en nette accélération, atteint près de 18% au titre de l’exercice 2017.

Fort d’un positionnement reconnu et d’un dynamisme commercial dans l’ensemble des pays de présence, le réseau des Banques Atlantique, plus particulièrement, enregistre une évolution positive de l’activité d’intermédiation, avec une croissance de près de 16% des dépôts et de 25% des crédits, s’accompagnant d’une bonification de la marge d’intérêt clientèle de près de 25% au titre de l’exercice 2017.

Par ailleurs, engagée dans l’exécution d’un plan stratégique d’envergure, la Banque de l’International enregistre une nette amélioration de sa profitabilité et affiche un coefficient d’exploitation en amélioration de plus de 3 points et un résultat net en augmentation significative au titre de l’exercice 2017.

Une prudente politique de risque

Sur le plan de la gestion du risque, Benchaaboun n’a pas manqué d’exposer les atouts du groupes. Il a ainsi souligné qu’au titre de l’année 2017, le groupe a confirmé la réduction de son coût du risque. En effet, a-t-il noté, ce dernier a baissé de près de 7% à 3,1 MMDH. Le groupe réaffirme, par ailleurs, sa politique prudente de provisionnement. Laquelle politique, a relevé le PDG, est  garante de sa solidité financière. Il renforce sa provision pour risques généraux à 3,5 MMDH, avec une PRG additionnelle de 955 MDH cette année.

Le fonds de soutien a également été doté, pour atteindre près de 3,6 MMDH. Le taux de couverture du groupe s’élève ainsi à 80% à fin décembre 2017, contre 76% à fin décembre 2016. Par ailleurs, les fonds propres du groupe se sont renforcés de 5% à 43,5 MMDH.

H. Dades

Voir aussi

Attijariwafa bank : Une nouvelle OPV réservée aux salariés

Pour Attijariwafa bank, ce premier semestre 2018 aura été marqué par une stratégie volontariste  d’accompagnement …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.