lundi 18 décembre 2017

Entretien avec Khalid Cheddadi, PDG de la CIMR

khalid_cheddadi_dg_cimr

De statut d’association, la Caisse Interprofessionnelle Marocaine de Retraite (CIMR) passera, dès janvier 2017, à celui de Société mutuelle de retraite. Ce changement, annoncé par le top management de la CIMR, lors d’une conférence de presse tenue le 24 novembre 2016 à Casablanca, apportera une série de changements, aussi-bien pour les entreprises que pour les salariés qui adhérent à cette institution vieille de 67 ans. Pour Khalid Cheddadi, il s’agit d’offrir un système de retraite solide.

La CIMR deviendra dès janvier 2017 une Société mutuelle de retraite. Qu’est-ce que cela entraînera?

La transformation de la Caisse Interprofessionnelle Marocaine de Retraite (CIMR) en Société mutuelle de retraite va apporter beaucoup de changements. Le premier concernera le contrôle,  du fait que le régime de la CIMR va être soumis à la surveillance d’un organe de l’Etat qui est l’Autorité de Contrôle des Assurances et de la Prévoyance Sociale (ACAPS). La transformation de la CIMR apportera d’autres nouveautés pour les entreprises adhérentes et les salariés affiliés à la Caisse. De nouvelles prestations verront également le jour, dans le but de permettre plus d’équité entre les affiliés. C’est ainsi qu’il sera possible aux salariés des entreprises et même aux personnes exerçant dans les professions libérales (médecins, architectes, avocats…), dès janvier 2017, d’adhérer de façon volontaire à la Caisse.

Combien d’entreprises sont-elles affiliées, à ce jour, à la CIMR et quel est l’intérêt d’une telle adhésion? 

Aujourd’hui, nous avons 7.000 entreprises adhérentes à la CIMR, auxquelles nous offrons une panoplie de formules adaptées à leurs besoins et à ceux de leurs salariés. Le but escompté est de permettre à nos affiliés de se constituer une retraite qui les mette à l’abri du besoin, une fois arrivés à l’âge de la retraite.

Que faites-vous pour servir et fidéliser les entreprises adhérentes à votre régime de retraite?

Nous avons une très forte activité commerciale pour amener de plus en plus d’entreprises à adhérer à la CIMR. Nous disposons d’une équipe d’une soixantaine de personnes au siège de la CIMR à Casablanca, mais également dans nos 10 agences régionales. Ces équipes sont au service des entreprises adhérentes à la CIMR et de ceux qui souhaitent le devenir, dans le but de les accompagner tout au long  de leur adhésion à notre Caisse. Aujourd’hui, une entreprise qui veut garder les ressources humaines dont elle dispose, pour qu’elles puissent donner le meilleur, est appelée à leur offrir un système de retraite solide.

A compter de janvier 2017, il ne sera plus possible pour un affilié à la CIMR de se faire rembourser sa part salariale avant d’atteindre l’âge minimum de 50 ans. Une  telle mesure n’est-elle pas préjudiciable à vos affiliés?

Cette mesure a été décidée pour le bien de nos affiliés. Vous n’êtes pas sans savoir que, dans certains cas, certains employés retiraient leur part salariale quand ils le voulaient; ce qui leur pose de graves difficultés financières quand ils partent à la retraite et  se retrouvent sans aucune retraite complémentaire. Avec cette mesure, nous ne portons pas préjudice à nos affiliés. Bien au contraire, nous les protégeons contre eux-mêmes.

Propos recueillis par  Mohcine Lourhzal

Voir aussi

Projet de loi de Finances 2018 : Grand oral de Boussaïd devant le Parlement

Le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaïd, s’est livré, mardi 25 octobre 2017, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.