jeudi 19 octobre 2017

CIMR : Khalid Cheddadi annonce du nouveau

Les voyants restent au vert à la Caisse Interprofessionnelle Marocaine de Retraite (CIMR),  grâce aux entreprises. C’est ce qu’a déclaré le PDG de la Caisse, Khalid Cheddadi, lors de la conférence de presse qu’il a animée à Casablanca, ce 26 mai 2017.

D’emblée, Cheddadi a annoncé que 2017 sera une année charnière pour la CIMR, notant que l’année 2016 a été positive pour la Caisse, d’un point de vue purement financier.

4,7 MMDH d’excédent en 2016

«La CIMR a dégagé un excédent d’exploitation de 4,7 milliards de DH en 2016 en hausse de 17%», a affirmé Khalid Cheddadi en faisant savoir que cette performance vient renforcer la réserve de prévoyance de la CIMR à 45 milliards de DH. Elle équivaut à 9,87 années de prestations, s’est-il réjoui. Il a cependant expliqué que la santé financière de la CIMR dépend de celle des entreprises et du marché de l’emploi dans le Royaume. Sur ce point, le PDG de la CIMR a souligné: «En dépit d’un contact économique difficile aux niveaux national et mondial, le nombre d’actifs cotisant à la CIMR a considérablement augmenté entre 2013 et 2016». Selon lui, la CIMR a servi en 2016 près de 4 milliards de DH de pensions de retraite, soit près de 24.000 DH par an et par affilié, ce qui reste faible selon le PDG. Et de souligner qu’il faut absolument remédier à cette situation. Il préconise le renforcement des campagnes de sensibilisation auprès des travailleurs, mais aussi les entreprises dans lesquelles ils évoluent, afin que la retraite complémentaire de la CIMR réponde à l’avenir aux attentes des affiliés.  Selon Cheddadi, les entreprises souscrivent au régime de base. En fin de carrière, c’est souvent un choc pour les retraités, puisque leur pouvoir d’achat subit un gros coup. Même en combinant les pensions versées par la CIMR et celles du régime de base de la CNSS, le retraité éprouve beaucoup de mal à faire face à sa nouvelle situation. C’est pourquoi il faut s’y prendre très jeune, affirme-t-il. «L’on ne peut pas préparer une bonne retraite en 5 ou 10 ans. Il faut la préparer sur toute la carrière professionnelle», conseille Khalid Cheddadi. Selon lui, pour avoir un taux de remplacement de 70%, il faut épargner au moins 25% du revenu dès le début de carrière. Mais, de l’avis des économistes les plus avertis, le coût de la vie a tellement augmenté qu’épargner 25% de son salaire est impossible dans l’état actuel des choses, surtout dans de grandes villes comme Casablanca ou Rabat.

La CIMR s’ouvre au grand public

La grande nouveauté annoncée par Khalid Cheddadi, lors de cette conférence de presse, c’est la décision prise par le Conseil d’administration de la Caisse d’ouvrir la CIMR au grand public. Jusque-là, seuls les salariés des entreprises adhérentes peuvent y cotiser. Aujourd’hui, grâce au nouveau produit «Al Moustaqbal individuel», toute personne physique peut constituer une retraire complémentaire à son rythme. Pour ce faire, un versement mensuel minimum est exigé (200 DH). Selon le top management de la CIMR, les cibles potentielles d’«Al Moustaqbal individuel» sont estimées à 6 millions de personnes. Une application sera disponible dès septembre 2017 dans le cadre de cette nouvelle offre.

Mohcine Lourhzal

 

3 Questions à…

Khalid Cheddadi, PDG de la CIMR : La  CIMR s’ouvre aux cotisations individuelles

Que dire de l’exercice 2016 de la CIMR?

L’exercice 2016 a été un très bon exercice pour la CIMR avec une forte progression de tous ses indicateurs. D’abord, sur le plan des résultats techniques, ces derniers ont progressé de 14% à 7,7 MMDH. Le résultat financier a lui aussi progressé de 28% à 2,8 MMDH et l’excédent d’exploitation a été amélioré de 17 % à 4,7 MMDH en 2016.  Le régime a connu, rien qu’en 2016, un franc succès auprès des entreprises, puisque près de 650 nouvelles entreprises ont rejoint le régime, portant ainsi le nombre des actifs cotisants à plus de 333.000. Le régime a joué son rôle social en 2016 de manière très forte.

Qu’en est-il des pensions distribuées par la CIMR à ses affiliés?

En 2016, la CIMR a distribué 3,8 MMDH de pensions à ses 164.000 retraités. De même, la santé du régime a été confirmée avec le bilan actuariel qui a été réalisé et qui a conclu encore une fois à la pérennité du régime. Cette pérennité, on peut la voir à travers l’augmentation de la réserve de prévoyance qui a atteint un niveau de 44,7 MMDH en progression de 12% et qui représente, aujourd’hui, près de 10 années de prestations. Ce qui est réellement exceptionnel pour un régime de retraite en répartition.

La CIMR s’ouvre au public dès 2017…

L’année 2017 va être une année charnière dans notre histoire, puisque la  CIMR s’ouvre aux cotisations individuelles. A partir de cette année, tout un chacun aura le droit d’adhérer au régime de retraite que sert la CIMR en toute liberté. La population qui est potentiellement concernée par cette ouverture est très importante. N’oublions pas que de plus en plus de travailleurs n’ont aucune couverture. Je pense plus particulièrement aux professions libérales ou aux agriculteurs, mais également aux salariés qui ne bénéficient que de la couverture du régime de base (CNSS) et qui est insuffisante, d’où l’importance de la retraite complémentaire proposée par la CIMR.

Propos recueillis par ML

Voir aussi

Bank Of Africa : Faustin Amoussou, nouveau DG

Le Béninois Faustin Amoussou vient d’être désigné Directeur général de Bank of Africa (BOA) – …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.