samedi 22 juillet 2017

BCP : Premier Green Bond en devises étrangères

La Banque Centrale Populaire a annoncé, jeudi 29 juin, la souscription à son Green Bond par deux institutionnels internationaux de tout premier plan, pour un montant total de 135 millions d’euros (1,5 MMDH), assorti d’une maturité de 10 ans.
Cette importante émission de Green Bond en euros, qui constitue une première dans le secteur bancaire africain, est souscrite par IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale et Proparco, filiale de l’Agence Française de Développement (AFD) dédiée au secteur privé, pour des montants respectifs de 100 et de 35 millions d’euros, a fait savoir le groupe BCP.
Par ailleurs, il est à souligner que la conformité du Green Bond BCP a été certifiée par Green Investment Bank (GIB), prestigieux organisme de renommée internationale.
Et le groupe d’expliquer qu’il s’agit d’une opération stratégique qui marque, d’une part, son positionnement de banque pionnière en matière de financement de projets d’énergie renouvelable et témoigne, d’autre part, de la confiance dont jouit le Groupe BCP auprès des plus grandes institutions financières internationales.
Pour rappel, les fonds levés à travers cette importante émission sont destinés à refinancer des projets d’énergie renouvelable marocains présentant des avantages environnementaux qui visent, notamment, à réduire les émissions de gaz à effet de serre, note le communiqué.
Cette opération de Green Bond, inédite dans le secteur bancaire africain, confirme l’ambition du Groupe BCP de devenir un acteur de référence du développement durable et traduit son engagement en matière de financement des activités à faible empreinte carbone, un domaine dans lequel le Groupe a inscrit à son actif plusieurs opérations de financement de projets de grande envergure.
Pour leur part, IFC et Proparco ont souligné que l’objectif principal de cette opération est de créer un mécanisme de financement durable pour que les banques prennent en charge les investissements à long terme sur des actifs verts, en canalisant l’argent institutionnel privé vers la finance climatique, via les marchés financiers.

HD

Voir aussi

PLF 2017 : Le 8 bis ou l’Etat au-dessus de la loi

L’expropriation ne cesse de faire des victimes mais, aujourd’hui, elle deviendrait, «légalement», un moyen de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.