dimanche 20 août 2017

Télécoms La guerre des tarifs continue

anrt

Les tarifs télécoms enregistrent une baisse en cascade depuis 2011. Selon les derniers chiffres de l’ANRT, les prix des communications de la téléphonie mobile ont chuté de 42% pour tomber à 0,43 DH HT/min à fin septembre 2013, soit un nouveau plongeon de 42% par rapport à fin 2011

Dans un secteur à rude concurrence comme les Télécoms, tous les moyens sont bons pour ravir la clientèle.

Depuis 2011, il semble que les opérateurs ont révolutionné les tarifs au point que cette agressivité commerciale à prix cassés a suscité moult lectures et interprétations, surtout après le rapport accablant du Conseil de la concurrence. En effet, les prix des communications de la téléphonie mobile ont chuté de 34% entre 2010 et 2011 pour se situer à 0,74 DH (Hors Taxe) la minute. Mieux encore, cette inflexion s’est accélérée pour tomber à 0,43 DH HT/min à fin septembre 2013, soit un nouveau plongeon de 42% par rapport à fin 2011, selon les derniers chiffres de l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT). Avec la baisse en cascade observée, les prix des communications mobiles au Maroc sont devenus relativement moins chers en comparaison avec ceux pratiqués par les 28 marchés nationaux des télécommunications que compte l’Union Européenne (UE). La moyenne UE des prix est estimée à 9,1 centimes d’euro, au moment où les prix au Maroc sont fixés actuellement à 3,8 centimes d’euro (0,43 DH HT), contre 6,6 centimes d’euro l’année dernière.

Plus de 41 millions d’abonnés mobiles

Ceci explique en quelque sorte que le taux de pénétration de la téléphonie mobile se fortifie de plus en plus pour s’élever à 125,79% au terme du troisième trimestre 2013, au lieu de 117,73% un an plus tôt. Une croissance impressionnante telle que le nombre des abonnés a culminé à plus de 41 millions, en progression annuelle de 7,93%. Certes, il y a de plus en plus d’abonnés mobiles, mais cela ne voudrait pas dire que chaque Marocain possède un seul numéro de téléphone. A ce titre, les statistiques font défaut et on ne sait pas exactement combien de numéros ou de téléphones possèdent un Marocain. Pour bien reconnaître les clients, l’ANRT avait publié fin 2011 une décision invitant les opérateurs à identifier leurs abonnés mobiles dans un délai de 12 mois, à compter du 1er janvier 2012. Et voici qu’un an après la date limite, certains marchands ambulants écoulent toujours à très bas prix des cartes prépayées sans avoir les renseignements nécessaires sur les acheteurs. Les clients du mobile prépayé ont vu leur parc s’accroître à 39,28 millions d’abonnés, soit une avancée annuelle de 7,62%, au moment où ceux du post-payé ont progressé de 14,4% pour atteindre les 2,04 millions d’abonnés. Sachant que le revenu moyen par minute de communication (ARPM) prépayé a chuté de 30% pour s’établir à 0,43 DH HT, contre 0,44 DH HT pour l’ARPM post-payé (-12%).

3,28 milliards de SMS échangés

Mais ce qui attire l’attention le plus, malgré la chute des tarifs enregistrée et la multiplication des offres de promotion en cascade chez les opérateurs, c’est que l’usage des SMS ne cesse de s’étendre. Le trafic SMS a bondi de 74,38% à 3,28 milliards d’unités échangées. De là, on comprend parfaitement que la communication par SMS chez les Marocains reste très prisée, du moment que son utilisation permet de gagner doublement en termes d’argent et de temps. Sans compter le fait qu’il s’agit d’une manière très efficace d’atteindre sa cible. C’est ce explique en quelque sorte la multiplication des SMS anonymes perturbant le quotidien de leurs destinataires.
Par ailleurs, les nouveaux modes de communication ont dépassé et de loin les moyens classiques, en l’occurrence la téléphonie fixe. Le taux de pénétration de celle-ci dégringole à 9,16%, au lieu de 10,20% à fin septembre 2012. La courbe descendante du parc fixe continue sur sa tendance au point que le nombre des clients glisse à près de 3 millions d’abonnés, contre plus de 3,3 millions un an auparavant, soit un repli de 9,36%. Et ce, en dépit de la baisse continue de l’ARPM Fixe qui est passée de 0,82 DH HT/min à 0,69 DH HT/min.

5,22 millions d’abonnés Internet

Cela dit, l’internet reste l’outil qui a le plus révolutionné la communication chez les Marocains, allant jusqu’à transformer leur vie quotidienne, surtout l’utilisation des réseaux sociaux. Aujourd’hui, le Maroc compte plus de 5 millions d’utilisateurs Facebook et plus de 16 millions d’internautes. Selon l’ANRT, le nombre des abonnés internet a atteint 5,22 millions à fin septembre 2013, avec un taux de pénétration de 15,89%, en hausse annuelle de 34,66%. Ces évolutions informent sur la baisse continue des prix de connexion. En effet, la facture moyenne mensuelle par client est tombée à 34 DH HT/mois/client après 50 DH HT/mois/client il y a un an, affichant ainsi une baisse de 32%.

Mohamed Mounjid
……………………………………………………………………

Wassila Zitoune, Directrice centrale commerciale Grand public de Méditel

Wassila zitoune

«Un marocain sur trois aura un smartphone à fin 2015»

A chaque fin d’année, tous les moyens sont bons pour attirer plus d’abonnés. Dans cet entretien, Wassila Zitoune, décline les grandes lignes de la stratégie Marketing du 2ème opérateur télécom au Maroc.

Quel bilan dressez-vous en termes de ventes et d’investissements pour l’année 2013?

Le marché marocain est en baisse en termes de valeur en 2013 (-8%), comme le démontrent le rapport de l’ANRT à fin septembre dernier et les résultats d’IAM. Méditel, dans ce contexte, enregistre une dynamique plutôt positive depuis quelques mois. La très forte croissance des usages, soutenue par une forte baisse des prix, nous amène à poursuivre, voire augmenter nos investissements pour accompagner cette croissance, car Méditel ne fait et ne fera aucun compromis concernant l’expérience client de la qualité de service. Deux exemples emblématiques: les investissements continus de Méditel dans le réseau internet 3G, couplés à une stratégie Marketing pertinente nous ont conduits au rang de leader du marché depuis septembre 2013; le repositionnement de la marque Méditel et le renforcement de nos investissements dans la musique, le cinéma et l’innovation avec, en ce moment, la 4ème édition du Méditel apps challenge et le lancement en exclusivité de l’iPhone 5s.

A chaque fin d’année, les opérateurs télécoms offrent de nombreuses promotions et tarifs avantageux. Qu’en est-il pour cette année ?

Méditel est l’opérateur marocain qui a rendu la téléphonie accessible à tous et qui a historiquement innové en matière de promotions (nos clients se rappellent encore de quelques grands rendez-vous comme «dima double», «forfaits plafonnés»… Constamment à l’écoute de nos clients, nous proposons une multitude d’offres et services qui répondent aux besoins réels de chacun et ce, aux meilleurs prix. Méditel n’épargne aucun effort pour innover dans un marché de plus en plus mature. De ce fait, nous avons lancé des offres inédites telles que Swaye3 Nejma, 2 heures à 25 DH, puis 1 heure à 15 DH, une carte SIM nativement «voix, sms et internet» aux multiples avantages ou encore l’offre d’abonnement sans engagement Hany. Cette offre a connu un tel succès auprès des clients que nos concurrents l’ont très rapidement copiée. Actuellement, Méditel lance en exclusivité l’iPhone 5s dans tous les Méditel stores et, enfin, le double du forfait pour la gamme Méditel abonnement.

Pensez-vous que les tarifs d’internet et de téléphonie poursuivront leur tendance baissière dans les années à venir?

Oui.

Pouvez-vous nous informer sur le taux de pénétration et la tendance des ventes de smartphones?

Le Maroc suivra les tendances mondiales et je suis ravie que Méditel ait très tôt compris et anticipé cette évolution avec la stratégie du «tout compris». Un Marocain sur trois aura un Smartphone à fin 2015. Sur le segment des Smartphones, Méditel est le premier opérateur sur ce marché. Cette position est renforcée avec l’introduction en exclusivité des dernières gammes d’IPhone et Ipad, mais aussi avec le lancement des derniers bijoux technologiques Samsung S4 ou encore Sony Xpéria. Comme précédemment annoncé, c’est grâce à la confiance des Marocains que Méditel est le premier opérateur 3G au Maroc.

Médi Telecom a marqué une légère baisse de ses parts de marché, dernièrement. Comment expliquez-vous ça?

C’est faux. Nous sommes le 2ème opérateur télécom au Maroc avec une part de marché qui s’élève à 28,01%. Notre parc mobile en 2013 est en hausse en comparaison à 2012. Selon la dernière étude de l’ANRT à fin septembre 2013, on détient 43,66% du parc internet 3G, 30,53% pour le post-payé et 27,88% des parts du marché du pré-payé.

Avec le changement opéré à la tête de la société, nul doute qu’un nouveau plan d’action est mis en vigueur ?

Bien sûr qu’un plan d’action est mis en place pour accompagner l’engagement entrepris par Méditel vis-à-vis de ses clients. Je dirais même que les actions menées depuis notre nouveau positionnement ne sont qu’un début et cela ira en s’accélérant.

Quelle stratégie de positionnement envisageriez-vous pour l’année 2014?

Méditel s’est donnée pour mission d’être l’opérateur qui contribue à améliorer le quotidien de ses clients et qui le prouve en leur proposant des services de communication et d’échange simples et utiles. En 2014, Méditel consolidera cet engagement à travers des offres simples, utiles et généreuses. Nous continuerons à renforcer notre leadership sur l’internet 3G, aussi bien à travers la couverture réseau, des offres avantageuses et la promotion de contenus web 100% marocains. Mais surtout vous surprendre!

Propos recueillis par M.M

Voir aussi

ADA : Plus de 16 milliards aux projets agricoles solidaires

La tenue du Conseil d’administration de l’Agence de Développement agricole (ADA), présidé par Aziz Akhannouch, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.