lundi 24 avril 2017

Risques phytosanitaires : L’ONSSA préfère prévenir…

C’est sous le thème «Maladies à Xylella, un risque phytosanitaire très sérieux pour le secteur arboricole au Maroc» que l’ONSSA, en collaboration avec la  FAO, a  organisé la Journée nationale de sensibilisation à la bactérie Xylella Fastidiosa.

Cette Journée s’inscrit dans le cadre du projet régional de coopération technique avec la FAO, dédié au renforcement des capacités nationales, pour prévenir l’introduction et la dissémination de Xylella fastidiosa dans la région de l’Afrique du Nord et du Proche-Orient. Elle vise à informer et à sensibiliser les acteurs concernés sur le risque phytosanitaire lié à cette bactérie, les  facteurs de sa dissémination et le danger qu’elle représente pour plusieurs espèces végétales.

En effet, cette bactérie constitue une menace redoutable pour plus de 350 espèces végétales, arboricoles, ornementales et forestières. Sa propagation est détectée au niveau de plusieurs régions du monde, notamment aux Etats-Unis, au Canada, en Amérique Centrale, en Asie et en Europe. Elle a été signalée en Italie en 2013, en France en 2015 et en Allemagne et en Espagne en 2016.

Selon les responsables du ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime, le Maroc n’est pas touché par cette maladie, mais il reste que, dans un souci de vigilance et pour éviter l’introduction de la maladie sur le territoire national et assurer la préservation du patrimoine végétal national, l’implication et l’engagement de tous les acteurs opérant dans le secteur d’importation s’impose.

Cette  rencontre a ainsi été organisée dans un contexte très précis, marqué par l’augmentation des échanges commerciaux entre le Maroc et de nombreux pays européens, à partir desquels le Royaume importe des quantités importantes de plantes hôtes de la bactérie.

Dans ce cadre, l’Office National de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaire (ONSSA) a adopté une stratégie proactive, basée sur une série de mesures préventives. Il s’agit  notamment de la suspension de l’importation des plants des espèces hôtes de Xylella fastidiosa (agrumes, vigne, olivier, rosacées à noyau, laurier rose et chêne) à partir des zones contaminées, de la  réalisation d’une évaluation du risque phytosanitaire lié à l’introduction et la dissémination de cette maladie sur le territoire national  et de l’information et la sensibilisation de l’ensemble des acteurs concernés par les mesures prises (Directions régionales de l’ONSSA et l’ensemble des services de la protection des végétaux, l’association des transitaires agréés en Douane au Maroc, les Fédérations interprofessionnelles concernées, l’Administration Générale des Douanes et des Impôts Indirects). A cela  s’ajoute le renforcement des capacités techniques nationales en matière de diagnostic, de surveillance et de contrôle pour rehausser le niveau de vigilance, de contrôle et de surveillance de la maladie au niveau national. L’ONSSA reste ainsi très vigilant et assure une surveillance rapprochée de l’évolution de la situation phytosanitaire. Un effort supplémentaire est déployé à l’amont par les services techniques de l’office, via un dispositif de vulgarisation et de sensibilisation des agriculteurs et des professionnels du secteur agricole, pour identifier rapidement les symptômes de Xylella fastidiosa et mobiliser les moyens de lutte nécessaires.

HD

Bactérie Xylella fastidiosa, c’est quoi en fait?

Selon les chercheurs et agronomes spécialisés, Xylella fastidiosa est une bactérie nuisible à de nombreux végétaux et s’attaque à plus de 350 différentes espèces végétales (olivier, vigne, agrumes, rosacées à noyau, caféier, avocatier, etc.). Il s’agit d’une maladie fortement épidémique, transmise potentiellement par de nombreux insectes vecteurs, les piqueurs-suceurs responsables de la dispersion de la maladie, à savoir les cicadelles (Cicadellidae) et les cercopes (Cercopidae). En l’absence de méthodes de lutte curative contre cette bactérie, seul l’arrachage et la destruction totale des végétaux sont préconisés pour y faire face et éradiquer la maladie dans les poches contaminées.

Voir aussi

Spécial SIAM 2017 : Holmarcom, un pôle agro-alimentaire distingué

En 2016, le groupe Holmarcom qui, un an auparavant, avait repris une entreprise de jus …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.