lundi 23 octobre 2017

Maroc : Le recyclage des batteries est lancé

Maroc environnement

Le recyclage des batteries usagées démarre officiellement. Une convention vient d’être signée dans ce sens. Détails.

La ministre déléguée chargée de l’environnement, Hakima El Haiti, a signé un partenariat, ce 7 mars à Rabat, avec le ministère délégué chargé des Petites entreprises et de l’Intégration du secteur informel et le groupement des producteurs de batteries.
Cet accord, paraphé par les trois parties, vise à inscrire le royaume dans une stratégie de développement durable à travers la minimisation des risques de pollution liés à ce genre de batteries classées dangereuses par la Convention Bâle, ainsi que par le catalogue marocain des déchets dangereux.

Avec un coût qui s’élève à 70 millions de dirhams, ce projet s’assigne pour objectifs de développer les filières de recyclage, d’encourager l’économie sociale et de contribuer à la création d’emplois dans les métiers verts. Il permettra d’embaucher plus de 100 personnes à travers des réseaux de collecte et de distribution des batteries usées de manière légale, d’octroyer les permis de leur collecte dans un cadre de bonne gouvernance et de créer un conseil d’administration qui veillera, techniquement parlant, à ce que l’entreprise fonctionne selon des critères qui permettent de préserver l’environnement. «Cette convention va permettre de créer pour la première fois au Maroc une entreprise de recyclage des déchets des batteries de façon professionnelle et, in fine, résoudre quelques problèmes environnementaux résultant de leur fabrication de façon anarchique qui nuisent à l’environnement», a déclaré Hakima El Haiti.
Concrètement, les automobilistes devront payer 150 dirhams de pénalité pour se procurer une nouvelle batterie sans rapporter l’ancienne à leur fournisseur. «Ce n’est pas une contravention, c’est un acte citoyen de sensibilisation», selon la ministre déléguée chargée de l’Environnement. Actuellement, un total de 250.000 tonnes de déchets toxiques est rejeté annuellement par les citoyens marocains, dont près 10.000 tonnes de batteries usées (soit 650.000 unités). Ces dernières sont collectées principalement par le secteur informel qui traite ces pièces usagées d’une manière déplorable. Cette opération ne rapporte que 27 MDH au secteur non organisé, ce qui représente un manque à gagner de 52 MDH, toujours selon la ministre.
Par ailleurs, il existe 3 grands fabricants marocains de batteries, à savoir Almabat, Techna et Afrique câbles qui se partagent le marché avec une production de 1,5 million d’unités par an. Ces sociétés se sont engagées à utiliser leurs réseaux respectifs à travers le Maroc afin de récupérer 60% des batteries usées. «Cette filière vise à mettre un réseau de collecteurs en y intégrant des personnes du secteur de l’informel. Il s’agira aussi d’éviter des émanations de produits chimiques à l’encontre de la nature», précise le groupement des fabricants de batteries au Maroc. Ils ont également promis de verser 30 DH au fonds pour la protection de l’environnement pour chaque batterie rénovée.
Les partenaires du projet prévoient de mettre en œuvre une feuille de route pour atteindre leurs objectifs. Ils envisagent d’élaborer un schéma de développement de la filière en ciblant les mécanismes techniques, institutionnels et financiers.
Il faut savoir que la batterie est constituée d’alliage de plomb, d’oxyde, de sulfates de plomb, de plastique et d’acide sulfurique. Mis à part l’acide, les autres composants sont recyclables jusqu’à 97%. Le recyclage consiste en un broyage des batteries usées et un tamisage pour en prélever le concentré de plomb (raffiné, recyclé et coulé en lingot) et les impuretés, nettoyées et transformées en plastique moulé.
Il est à noter que le Maroc et l’Afrique du Sud sont les seuls pays africains qui ont mis en place une charte pour vulgariser une stratégie environnementale.

Anas Hassy

Voir aussi

Maroc : Et de 4 pour le Salon de l’olivier !

La 4ème édition du Salon national de l’olivier aura lieu, du 4 au 7 octobre …

Un commentaire

  1. En dehors du recyclage des batteries, il y a la dé-sulfatation qui permet de donner une nouvelle jeunesse aux batteries usagées.
    Merci de me mettre en contacte avec un responsable de cette filière que nous puissions en discuter.
    Cordialement
    DEFLANDRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.