mercredi 16 août 2017

Jumelage : L’Anapec et l’expérience européenne

Hafid kamal anapec

Le projet de jumelage institutionnel Maroc-UE rassemble le Maroc, la France, la Suède et l’Allemagne pour le renforcement des capacités institutionnelles de l’ANAPEC.

Lancé en décembre 2012 et financé à travers l’instrument de jumelage institutionnel du Programme d’Appui à l’Accord d’Association Maroc-Union européenne, à hauteur de 900.000 euros, ce projet est réalisé en partenariat avec les services publics de l’emploi des trois Etats membres de l’UE. Dans ce cadre, l’ANAPEC (Agence Nationale de Promotion de l’Emploi et des Compétences) a organisé, lundi 23 juin à Casablanca, la conférence de clôture du Projet de jumelage institutionnel Maroc-Union européenne en présence de l’ambassadeur de l’Union européenne, des représentants de la France, de la Suède et de l’Allemagne et des présidents des associations professionnelles.
Dans une allocution lue en son nom, le ministre de l’Emploi et des Affaires sociales a souligné que ce projet est une nouvelle pierre dans l’édifice du partenariat en matière d’emploi.

Un partenariat marqué par l’accompagnement de l’UE qui a surtout porté sur l’enrichissement des offres de services concernant «l’emploi salarié» et «l’Auto-emploi», notamment à travers le projet «Meda1» et le projet «Eloise» qui a permis d’enrichir et de partager le système de veille sur le marché de l’emploi, avec la participation active de l’Italie, du Pérou et de la Côte d’Ivoire. A cela s’ajoute, selon le ministre, le développement d’un dispositif de placement à l’international dans le cadre du programme Meda2. Celui-ci a permis à l’Agence de mettre en place une offre de services de placement à l’international que l’UE considère d’ailleurs comme un modèle pour professionnaliser les services publics de l’emploi des pays d’Afrique du Nord (Tunisie, Egypte, Algérie, Mauritanie) en matière de gestion des flux migratoires, où l’ANAPEC avait une position de prestataire.
Le projet de jumelage a comme objectif de permettre à l’ANAPEC de consolider ses acquis et de progresser en termes de professionnalisation et de qualité de ses prestations, en vue d’apporter des réponses adéquates aussi bien aux attentes des employeurs qu’à celles des chercheurs d’emploi. Il s’inscrit parfaitement dans le cadre du programme gouvernemental relatif à la promotion de l’emploi qui prévoit, en plus de l’amélioration et du renforcement des mesures pour l’emploi, une meilleure gouvernance et une observation du marché du travail, ainsi qu’un renforcement des structures d’intermédiation en emploi avec leur professionnalisation.
L’intermédiation est un des quatre axes de la stratégie de l’emploi, au même titre que le développement de la création d’emplois décents et utiles, l’amélioration du système éducatif et de formation en adéquation avec les exigences de la vie active et la gouvernance du marché du travail. Cette stratégie, voulue globale et intégrée, constitue une première au Maroc.

Réinventer l’offre de services

Hafid Kamal, DG de l’ANAPEC, a affirmé à ce sujet: «Ce projet a apporté un soutien indéniable à l’ANAPEC pour réinventer son offre de services, mettre en place une stratégie Cross-Canal et concevoir et mettre en œuvre son actuel projet d’entreprise Anapro».
Après avoir remercié le ministère de l’Emploi et des Affaires sociales d’avoir associé le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération à ce séminaire, Omar Amragh, chef de la Division de l’UE au département des AE, a pour sa part précisé: «La coopération maroco-européenne est appelée à se renforcer davantage pour promouvoir la création d’emplois et assurer ainsi une cohérence entre l’ouverture économique et le développement durable, au moment même où le Maroc et l’UE sont en train de négocier un Accord de Libre Echange complet et approfondi qui constitue un volet important de notre futur espace économique commun. Une telle démarche devrait également concerner d’autres aspects du partenariat global qui lie le Maroc et l’UE, notamment la mise en œuvre du Partenariat pour la Mobilité établi entre les deux parties en juin 2013, sachant bien entendu que l’ANAPEC joue un rôle important en ce qui concerne l’organisation de la migration du travail».

Bouchra El Khadir

Voir aussi

ADA : Plus de 16 milliards aux projets agricoles solidaires

La tenue du Conseil d’administration de l’Agence de Développement agricole (ADA), présidé par Aziz Akhannouch, …

Un commentaire

  1. Un partenariat qui représente un soutien directe à l’ANAPEC pour renouveler son offre de services et améliorer leurs qualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.