dimanche 22 octobre 2017

Fièvre aphteuse : Au Maroc, les professionnels réclament la surveillance des frontières

L’Office national de la sécurité sanitaire des produits agricoles (ONSSA) a lancé, le 15 juillet, une campagne de vaccination généralisée des bovins, contre la fièvre aphteuse. Cette opération prendra fin le 31 août 2017. Des éleveurs de la région de Settat et de Sidi Bennour sont pourtant inquiets. Motif: l’importation clandestine…

A quelques semaines de l’Aïd Al-Adha, des professionnels de la région de Settat et de Sidi Bennour se disent inquiets. En effet, malgré les mesures prises par les autorités sanitaires, pour protéger le cheptel national bovin et ovin contre le sérotype A de la maladie de la fièvre aphteuse, notamment après la propagation de cette pandémie dans les pays du Maghreb, des éleveurs de la ville de Sidi Bennour et de Settat déclarent au Reporter qu’ils ne sont pas rassurés. C’est que, dans cette province, rappellent les professionnels, «plusieurs foyers de fièvre aphteuse ont été déclarés, en novembre 2015, au point que, dans pratiquement tous les marchés de cette province, ainsi qu’à Settat et Berchid, l’activité a été totalement suspendue pendant plusieurs jours».

«Certes, la situation est, pour le moment, maîtrisée dans les provinces ayant été touchées par la fièvre aphteuse. Mais cela ne veut pas dire que, cette année, des foyers ne peuvent pas apparaître au Maroc. Surtout que des ovins peuvent être introduits dans le pays, de manière clandestine, à travers la frontière avec l’Algérie, pays où la pandémie s’est propagée depuis plusieurs mois -si ce n’est depuis plus de deux ans-. Ce qui constitue un danger pour notre cheptel», tient-on  à souligner.

Pour la Fédération marocaine des droits des consommateurs, la campagne de vaccination, qui a été lancée le 15 juillet, permettra de renforcer l’immunité du cheptel national. Mais, insiste-t-on à la Fédération, le contrôle doit être renforcé au niveau des frontières avec la Mauritanie et l’Algérie, l’un des pays les plus touchés par cette maladie. «Il faut être très vigilant. Car, c’est surtout par les frontières que la pandémie peut entrer dans le pays et ainsi menacer la sécurité du cheptel national, notamment à travers l’alimentation du bétail, notamment d’origine industrielle», est-il souligné à la fédération.

A l’Office national de la sécurité sanitaire des produits agricoles (ONSSA), on se veut rassurant. «La situation est totalement maîtrisée et la campagne se déroule dans de bonnes conditions. Les opérations de vaccination du cheptel national vont se poursuivre jusqu’à la fin d’août», a-t-on indiqué à l’ONNSA. Dans un communiqué diffusé récemment, l’Office assure: «La situation sanitaire au niveau national concernant la fièvre aphteuse est maîtrisée et aucun foyer n’est apparu depuis le 13 novembre 2015». Cette opération de vaccin, précise-t-on à l’Office, a pour objectif de protéger le cheptel national contre le sérotype A de la fièvre aphteuse, apparu récemment dans la région du Maghreb et renforcer son immunité vis-à-vis du sérotype O, contre lequel le royaume vaccine depuis l’année 2014». L’exécution de cette campagne, qui concerne environ 3 millions de têtes de bovins sur tout le territoire national,  mobilisera, en plus des services vétérinaires provinciaux de l’ONSSA, plus de 700 vétérinaires sanitaires mandatés.

Naîma Cherii

Voir aussi

Maroc : Et de 4 pour le Salon de l’olivier !

La 4ème édition du Salon national de l’olivier aura lieu, du 4 au 7 octobre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.