lundi 23 octobre 2017

Ecosystème industriel marocain : Côté automobile, le plein essor !

La filière automobile est, à ce stade, le plus grand succès de la politique industrielle marocaine en matière d’écosystèmes. Plus de 150 équipementiers se sont implantés au Maroc. Le secteur automobile est, depuis 2014, le premier poste à l’export du Maroc, avec 24,4% des exportations en 2016.

L’implantation en 2012 de l’usine Renault à Tanger-Melloussa

Renault est présent au Maroc depuis 80 ans et détient, à ce jour, le réseau de commercialisation le plus étendu du pays. Il y possède également deux usines de production: SOMACA (Société marocaine de constructions automobiles, fondée en 1959) et Renault-Nissan Tanger, opérationnelle depuis février 2012. Cette dernière figure parmi les 20 meilleures usines du groupe dans le monde et est la 1ère  usine automobile au monde «zéro émission de carbone et zéro rejet de liquides industriels». Aujourd’hui, le site présente une capacité de production de 340.000 véhicules par an. A ce jour, 15% des véhicules du groupe Renault dans le monde sont produits au Maroc et les exportations se font vers plus de 70 destinations. Le mois dernier, Renault a célébré son millionième véhicule à l’usine de Tanger, avec un Dacia Lodgy 5 places destiné à un client en Turquie.

Les écosystèmes automobiles lancés en juin 2014

L’Etat marocain, en partenariat avec l’AMICA (Association Marocaine pour l’Industrie et le Commerce de l’Automobile), a lancé 5 écosystèmes automobiles, pour un objectif global de 24 milliards de dirham de chiffre d’affaires, avec 90.000 emplois créés et un taux d’intégration locale devant atteindre 65% (il est de 35% actuellement).

Ces 5 écosystèmes sont les suivants: 

– Ecosystème «câblage», avec comme objectifs: création de plus de 20.000 emplois, 10 milliards de dirhams de chiffre d’affaires et 10 milliards de dirhams à l’export. C’est l’écosystème le plus mature à ce stade. 

– Ecosystème «intérieurs véhicules/sièges»: création de plus de 13.500 emplois, 6 milliards de dirham de chiffre d’affaires et 5,2 milliards de dirhams à l’export. 

– Ecosystème «batterie»: création de 1.500 emplois et un chiffre d’affaires de 650 millions de dirhams.

– Ecosystème «métal emboutissage»: création de 5.000 emplois, avec un chiffre d’affaires de 5 milliards de dirhams et 4,5 milliards de dirhams à l’export. 

– Ecosystème «power-train»: lancé en mars 2015, cet écosystème est dédié aux moteurs et boîtes de vitesse.

PSA Peugeot-Citroën au Maroc à partir de 2019

Quant au groupe français PSA, il a fait le choix du Maroc en signant en  juin 2015, sous la présidence de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, un accord industriel prévoyant la construction, dans la région de Kénitra, d’une usine d’assemblage de moteurs et de véhicules, représentant un investissement de 557 millions d’euros. Le taux d’intégration locale fixé à PSA est de 80%. L’usine de Kénitra sera opérationnelle à compter de 2019. Elle devrait générer 3.500 emplois directs et 20.000 emplois indirects. Et elle aura vocation à servir de plate-forme d’exportation vers l’Afrique et le Moyen-Orient.

Equipementiers et industrie pneumatique

C’est le tour des équipementiers de s’implanter au Maroc, tels qu’Adient, le groupe américain qui débutera ses premières livraisons de systèmes de sièges complets et composants intérieurs à partir de 2019, à Kénitra, avec un investissement qui dépassera les 100 millions de dirhams; Faurecia, le groupe français spécialisé dans la coupe-couture qui a deux sites au Maroc: le 1er est ouvert en 2009 à Kénitra et le 2ème à Salé, avec un investissement de 170 millions de dirhams pour ce dernier site. Cela a permis la création de plus de 1.300 emplois, avec la perspective à terme d’accueillir 1.800 salariés.

Dans le secteur de l’industrie pneumatique, un groupe saoudien, Tijan Petroleum,  mettra 250 millions de dollars comme investissement, pour une usine de pneu à Kénitra, dont l’ouverture est prévue fin de 2019. Cette usine aura une capacité de production de 3 millions de pneus radiaux semi-acier pour les voitures particulières et les camions légers. Elle permettra la création de 950 emplois directs dans sa première phase.

Evolution du marché marocain de l’automobile

Le Maroc est l’un des principaux marchés automobile en Afrique, avec plus de 160.000 unités vendues par année. En 2013, il était considéré comme le 4ème marché automobile en Afrique, après l’Afrique du Sud, l’Egypte et l’Algérie, avec une part de 7% de la demande africaine qui ne représentait, quant à elle, que 2% de la demande automobile mondiale; ce qui revenait à une part nationale marocaine dépassant à peine 0,14% de la demande mondiale. En 2016, les ventes de véhicules neufs au Maroc se sont établies à 163.110 unités, en progression de +13,1% par rapport à 2015, avec une part de marché de 25,9% pour la marque Dacia, suivie par Renault 10,5% et Ford 8,9%.

17 conventions en 2017

En juillet 2017, 17 conventions ont été signées. 14 concernent le secteur de l’automobile et 3 se déploieront dans l’industrie aéronautique. Dans l’automobile, des projets développant les chaînes de valeur locales se concrétisent avec le chinois Xiezhong qui fabriquera des systèmes de conditionnement d’air, Electroplast qui sera spécialisé dans le traitement de surface et Lear Corporation Automotive, déjà présent au Maroc et qui développe de nouvelles technologies dans l’électronique embarquée.

Knauf et Hispamoldes  vont opérer dans l’injection plastique. La joint-venture entre Dolidol et l’espagnol Jobelsa sera, elle, spécialisée dans la fabrication de coiffes de sièges et de sièges complets.

Autre investissement important, celui de Leoni qui s’inscrit dans le cadre d’un plan de développement global du groupe au Maroc, portant sur la création de 11.000 nouveaux emplois directs sur l’ensemble de ses sites au Maroc. Le groupe entreprend dans ce cadre, la mise en place dans le Royaume d’un centre de R&D world wide.

Les autres projets lancés dans l’automobile concernent des filières en pleine progression, à l’exemple, du vitrage trempé, des structures métalliques ou encore des sous-ensembles hydrauliques.

Avec deux géants de l’industrie automobile qui s’installeront au Maroc, l’italien Fiat et un géant asiatique (non encore dévoilé), le Maroc continue d’être attractif et séduit les plus grands groupes de construction automobile internationaux.

Sanaa Aaddaj Eloudghiri

Voir aussi

Maroc : Et de 4 pour le Salon de l’olivier !

La 4ème édition du Salon national de l’olivier aura lieu, du 4 au 7 octobre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.