mardi 17 octobre 2017

Salon Maghrébin du Livre d’Oujda : Quel bilan ?

C’est dans un palace de la ville d’Oujda que le président du Salon Maghrébin du Livre d’Oujda, Mohamed Mbarki et les membres du comité d’organisation de cet événement ont présenté le bilan de cette manifestation culturelle, la première du genre organisée à Oujda.

Mohamed Mbarki a estimé que le Salon a été «une réussite ». Il a ajouté que cet événement, qui a duré 4 jours, a permis à Oujda de se positionner en tant que lieu de culture par excellence.

L’affluence a dépassé toutes les attentes

Selon les chiffres présentés lors de la conférence de presse de clôture du Salon Maghrébin du Livre d’Oujda,  pas moins de 43.000 personnes ont visité le Salon et 36 institutions et établissements publics et privés ont pris part à cette première édition, placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI. D’après les organisateurs de cet événement, à leur tête Mohamed Mbarki, 160 intellectuels de renom ont participé aux panels programmés lors du Salon. La même source a précisé que quelque 1.000 personnes ont assisté à ces rencontres, animées par une pléiade de romanciers, nouvellistes, poètes et chercheurs venus des cinq pays du Maghreb, du Sénégal et de pays européens. Et ce n’est pas tout car, en marge de cet événement, 16 rencontres écrivains-public ont été organisées. En outre, 600 élèves d’écoles publiques et privées ont participé à des ateliers pour encourager la lecture chez les jeunes, ont précisé les organisateurs. Pour sa part, Abdelkader Retnani, président de l’Union professionnelle des éditeurs du Maroc et membre du Comité d’organisation, a indiqué que ce Salon a été le fruit de deux années d’efforts soutenus, estimant que «le défi a été relevé» à plusieurs niveaux.

Répondant à une question du Reporter, après la fin de la conférence de presse clôturant le Salon Maghrébin du Livre d’Oujda, Mohamed Mbarki s’est réjoui du «succès de ce Salon» qui n’en était qu’à sa première édition». Il a rappelé que le Comité d’organisation a accompli un travail colossal depuis plusieurs mois, afin de permettre la réussite de cet événement.

Sur un tout autre registre, Mbarki a nié que des écrivains ou intellectuels aient été exclus de ce rendez-vous, rappelant que la participation au Salon Maghrébin du Livre d’Oujda, comme toute autre manifestation, exige le respect de certains critères. Il a promis de redoubler d’efforts pour que la prochaine édition de ce Salon soit meilleure.

Rendez-vous est donc donné l’année prochaine, au même endroit pour 4 jours de culture intense.

Mohcine Lourhzal

Ils ont déclaré au «Reporter»…

Plusieurs personnalités ont assisté à la cérémonie d’ouverture du Salon Maghrébin du Livre d’Oujda. Parmi-elles, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed El Aaraj, mais aussi l’ambassadeur de la France au Maroc, Jean-François Girault et le Conseiller culturel du président sénégalais, Hamidou Dia. D’autres personnalités marocaines étaient présentes à cet événement, notamment Ahmed Boukouss, Recteur de l’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM). Interviews expresses.

Mohamed El Aaraj, ministre de la Culture et de la Communication

«Je tiens à dire mon engagement à développer ce secteur»

«J’estime qu’outre les politiques culturelles à caractère national, il est nécessaire de mettre en place des stratégies culturelles à portée régionale. Dans le cadre de la régionalisation avancée, il est primordial d’encourager les Salons du livre similaires à celui auquel nous assistons à Oujda. Ce Salon Maghrébin du Livre va permettre plus de proximité entre l’écrivain, l’artiste et le grand public. Je tiens, par ailleurs, à rassurer quant à la place de choix qu’occupe la culture dans l’agenda du ministère. Je tiens également à dire mon engagement envers le développement de ce secteur. La présence du Sénégal, en tant qu’invité d’honneur, traduit la solidité des liens historiques et culturels entre le Maroc et ce pays».

Hamidou Dia, Conseiller culturel du Président sénégalais Macky Sall

Le Sénégal et le Maroc partagent plusieurs aspects culturels

«C’est avec beaucoup de bonheur que j’ai été invité à assister au Salon Maghrébin du Livre d’Oujda. Comme vous le savez, je représente mon pays, le Sénégal, à cette manifestation en qualité de Conseiller du président sénégalais, Macky Sall, qui porte énormément d’estime au Maroc et considère que le Royaume, sous le règne de SM le Roi Mohammed VI, est promis à un bel avenir dans tous les domaines, dont celui de la culture. Le Sénégal et le Maroc partagent plusieurs aspects culturels. Les relations entre nos deux pays sont multiséculaires».

Jean-François Girault, Ambassadeur de France au Maroc

«Je suis convaincu que le Maghreb dispose d’un potentiel culturel énorme»

«C’est un très bon choix que d’organiser le Salon Maghrébin du Livre dans sa première édition à Oujda. Ce Salon est une vraie réussite et une très grande initiative. Je suis convaincu que le Maghreb dispose d’un potentiel culturel énorme à renforcer. Le Salon Maghrébin du Livre d’Oujda permettra certainement d’ajouter une pierre à l’édifice culturel au Maroc, mais aussi dans la région et l’ensemble du continent».

Ahmed Boukouss, Recteur de l’IRCAM

«L’IRCAM tient à participer aux différentes manifestations culturelles»

«L’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM) tient en permanence à participer aux différentes manifestations culturelles, surtout les salons du livre. C’est la première fois que l’Institut participe à un événement culturel dans la ville d’Oujda. Grâce à notre stand, mis en place dans le chapiteau installé pour l’occasion, nous avons pu présenter les ouvrages et écrits de l’IRCAM.

Amina Alaoui-Retnani, éditrice

«Nous voulons encourager les générations montantes à s’intéresser à la culture»

«Nous avons organisé des ateliers culturels pour enfants, dans le but d’encourager les générations montantes à s’intéresser à tout ce qui touche à ce domaine.  Ces ateliers se sont adressés aux écoles privées et publiques de la ville d’Oujda. Des auteurs et des illustrateurs sont venus du Maroc, d’Algérie, de Tunisie et du reste du monde arabe, pour participer à des ateliers mis en place spécialement pour les enfants».

Propos recueillis par Mohcine Lourhzal, envoyé spécial à Oujda

Voir aussi

Exposition : Les «Visages du nouveau Maroc» en Espagne

La ville andalouse de San Fernando, près de Cadix (sud de l’Espagne) accueille, jusqu’au 4 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.