lundi 25 septembre 2017

Romli et le mariage des mineures

Le mariage des mineures au Maroc est un sujet qui indigne l’artiste Mostopha Romli. Entre 2004 et 2014, plus de 102.000 filles de moins de 18 ans ont été autorisées à se marier. Ces mariages précoces sont possibles grâce aux articles 20 et 21 du nouveau Code de la famille, utilisés par certains juges pour déroger à cette interdiction. Un phénomène tout simplement inadmissible pour cet artiste marocain qui a non seulement décidé de s’emparer d’un sujet aussi épineux, mais le dénonce dans une gigantesque exposition qu’il a intitulée «20-21» (en référence aux deux fameux articles) et qui est actuellement présentée à la fondation Building Bridges à Los Angeles, aux Etats-Unis.    

Pour amener son public à réfléchir sur ce fléau, il a décidé d’utiliser le portrait d’une jeune Marocaine au regard vide, réalisé à l’époque coloniale. Ce visage mélancolique et d’une  tristesse insoutenable se retrouve sur la plupart de ses toiles comme une marque du passé, lourde de sens et toujours présente.

Ainsi, tout en conviant à une savoureuse délectation esthétique, les œuvres de cette thématique que Romli propose cherchent, entre autres, à sensibiliser aux maux du monde actuel…

HD

Voir aussi

Orange T@lents: Une plateforme pour jeunes artistes

Fidèle à son engagement, Orange crée la plate-forme «Orange T@lents», un espace d’expression dont l’ambition …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.